Le Pays basque possède un patrimoine vivant, linguistique et culturel, exceptionnel et unique. L’Euskara, la langue basque, est la plus vieille langue encore vivante en Europe. Officielle dans la partie espagnole du Pays basque  où, de Pampelune à Bilbao, vivent plus de 2,5 millions d’habitants, elle connaît un regain d’intérêt dans la partie française, où près de la moitié des écoliers l’apprennent. L’identité basque est aussi linguistique que culturelle, et gastronomique. Elle inspire le Sud-Ouest de la France et bien au-delà ! Autre singularité du Pays basque : l’Eusko, monnaie créée en 2013, qui répond à des préoccupations écologiques et solidaires. 
Elle permet aux professionnels comme aux particuliers de participer à un projet collectif pour un développement harmonieux, à la fois pour la défense de la langue basque, de l’agriculture paysanne, du commerce de proximité et de l’environnement. Utilisée par 3 000 particuliers, 770 entreprises et 158 communes, et pour une valeur de plus de 1,2 million en circulation, l’Eusko est la devise locale la plus importante d’Europe, devant le Chiemgauer, devenu monnaie nationale en Allemagne, et le Bristol pound en Angleterre. 
Pari réussi d’une mobilisation au service de la culture locale, de la solidarité et de la réduction de l’impact écologique. Pour être habilitées à recevoir cette monnaie locale, les entreprises obéissent à un cahier des charges qui exclut des pratiques polluantes et garantit un certain état d’esprit. Pour les consommateurs, le système est une assurance de l’origine locale des produits et d’une production responsable. Une diaspora internationale : on retrouve la diaspora basque sur les cinq continents. Les Maisons basques, Euskal Etxeak, créent des milliers d’activités socioculturelles chaque année pour maintenir la culture basque vivante : danse, langue, chants, gastronomie et jeux traditionnels. La présence basque dans la formation des peuples hispaniques de l’Amérique est un facteur déterminant.
 

L’histoire du Chili et celle du Venezuela ne pourraient pas être écrites si elles excluaient cette contribution. De même pour l’Argentine où, de 1853 à 1943, les Basques ont donné dix présidents sur vingt-deux au pays. Au total, les personnes ayant une ascendance basque vivent dans au moins vingt-trois pays autour du monde. Des femmes engagées : sur le chemin vers l’égalité, les femmes ont créé leurs propres outils. Un exemple basque se distingue. Pilier de la littérature orale, le bertsularisme est une tradition très ancienne d’improvisation chantée et versifiée, qui a relativement disparu en Europe, mais qui existe dans d’autres régions du monde. Les codes et les interdits gardaient la femme dans l’ombre des joutes. La victoire de Maialen Lujanbio, première championne du Pays basque en 2009, a permis de franchir un pas, symbolique, mais décisif. Les jeunes générations qui perpétuent la tradition ajoutent désormais d’autres signes d’ouverture, tels que la danse et la musique.   

  Des personnalités émergent ainsi dans tous les secteurs et des femmes chefs d’entreprise se regroupent pour promouvoir solidarité, amitié et partage d’expérience. L’association Drôles d’EntrepreneurEs d’Aquitaine, créée en 2010, de même que l’incubateur d’entreprises Bordeaux Aquitaine Pionnières, apportent conseils et soutien aux créatrices de projet. Active depuis 2001, l’association Andere Nahia (la volonté des femmes, en basque) est le fruit d’une aventure partagée à l’origine entre cinq femmes en stage de création d’entreprise, devenue le premier collectif de femmes entrepreneuses en Pays basque. Depuis, elles sont plus de mille à avoir rejoint l’association. Repreneuses ou porteuses de projets, elles ont trouvé une écoute spécifique déterminante.
 La dynamique va désormais jusqu’au choix d’installer un espace de travail partagé en zone rurale pour favoriser l’économie coopérative, en partenariat avec les instances locales et régionales. Andere Nahia gère, depuis 2018, l’espace de co-working Habia – cocon en langue basque –, qui a vu le jour dans la commune d’Itxassou.