« Nos valeurs sont celles du libéralisme qui puise ses racines dans la civilisation occidentale et plus particulièrement dans la pensée des grands philosophes des Lumières et de leurs successeurs.

Elles se résument en quelques principes simples.

La liberté individuelle

La société repose sur des individus libres qui agissent selon les buts qu’ils se fixent en utilisant les moyens dont ils disposent, en particulier la raison. La liberté s’applique à tous les individus. Dès lors l’exercice de la liberté de l’un a pour borne celle de l’autre. La responsabilité individuelle découle logiquement de la liberté. Les individus sont tous égaux en droits. Nous nous reconnaissons dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789.

La propriété privée

L’individu est propriétaire de son corps. Par extension le produit de son travail, réalisé avec sa force physique et ses capacités intellectuelles, lui appartient. Il est libre de consommer, stocker ou échanger les biens qui sont sa propriété. Pour les libéraux la propriété est, avec la liberté et la sûreté, un des droits imprescriptibles de l’Homme.

L’économie de marché

L’individu étant propriétaire de sa production doit pouvoir l’échanger librement. Nous soutenons la division mondiale du travail et l’échange libre qui est toujours favorable aux deux parties. Les prix, résultant de la libre confrontation de l’offre et de la demande, orientent les divers acteurs du marché. La concurrence permet au consommateur de bénéficier des meilleurs prestations au moindre prix. Les entrepreneurs, moteurs de l’économie, innovent par leurs idées et leurs initiatives et développent la production par l’investissement, lui-même financé par l’épargne des individus. Les salariés concourent à la production en louant leur capacité de travail aux entrepreneurs.

La solidarité

Une société libre conduit à la prospérité. Il y aura toutefois toujours des personnes ayant besoin d’aide. Nous pensons que des individus libres et égaux en droit se doivent le respect qui se traduit, le cas échéant, en une entraide mutuelle. Elle s’exerce normalement par la générosité des individus, des entreprises et des associations ou fondations. L’intervention publique, si elle s’avère nécessaire, doit se limiter à une contribution financière au travers de la société civile et toujours au plus près des individus concernés.

Un Etat limité

L’Etat a la lourde mission de garantir les droits des individus, d’organiser leur sécurité tant intérieure qu’extérieure et d’assurer la justice égale pour tous. En dehors de ces missions dites régaliennes les libéraux estiment que l’Etat doit être maintenu dans un rôle modeste par la constitution et le respect d’une stricte subsidiarité de bas en haut qui commence par l’individu pour aboutir à l’Etat. Cette modération libère les initiatives individuelles et limite les prélèvements fiscaux. »