Depuis hier en France règne une agitation sans précédent. C’est le miracle!!! La France a enfin trouvé la solution pour sortir de la crise sans faire d’efforts. Et c’est Mario Draghi qui l’a dit. Assez d’austérité et vive la relance. Sauf que Draghi n’a pas dit cela. Il a dit il faut austérité et croissance par des réformes structurelles courageuses.

La déclaration de Mario Draghi sur la nécessité d’un « pacte de croissance » fait couler beaucoup d’encre
Je suis assez étonné de ce que j’entends et ce que je lis depuis que Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne, a parlé de mettre en place, à côté du pacte budgétaire actuel, un pacte de croissance. On entend tout et surtout n’importe quoi sur cette déclaration. Cette déclaration serait un tournant, une nouvelle ère pour l’Europe, il y aurait même un axe Draghi-Hollande sur la nécessité d’un pacte de croissance. La déclaration de Draghi deviendrait le signe du ciel que nous attendons depuis des mois pour sortir de l’équation impossible austérité/Croissance. Si la situation de l’Europe n’était pas aussi dramatique, cela me donnerait envie de sourire mais en l’occurrence je trouve ces réactions désolantes.

Entendre un des défenseurs les plus acharnés de l’austérité défendre la croissance est-ce que c’est un tournant?
Beaucoup et surtout beaucoup de Français ont confondu le mot croissance dans le discours de Draghi et le mot relance. Draghi, et vous verrez que dans les heures et les jours qu’ils viennent, il donnera des précisions sur sa déclaration, ne parle pas de programme de relance, il parle de relancer la croissance par des réformes structurelles. Ce qui a toujours été l’argument par exemple de l’Allemagne. Austérité et réformes structurelles. Et je ne suis pas certain que les réformes structurelles dont on parle soient celles qui font rêver les Français : plus de flexibilité dans le travail c’est-à-dire plus de facilité pour licencier, moins de pesanteur administrative c’est-à-dire moins d’administration, moins de clientélisme et de corporatisme. Hasard des prénoms mais le pacte de croissance de Draghi c’est le plan de Mario Monti en Italie.

On a toujours parlé de croissance. Mais pas de croissance keynésienne avec des primes à la casse, des hausses de salaires, des embauches de fonctionnaires. Mais de croissance par une véritable explosion du carcan actuel qui est un frein à la croissance. Certains ont mal entendu Draghi, ils ont entendu révolution culturelle là où il s’agit de révolution structurelle. Pour résoudre la crise actuelle, il faut de l’austérité, des réformes structurelles, des réductions publiques et, on n’y échappera pas, une annulation d’une partie de la dette Européenne. Arrêtons d’être naïfs et de croire qu’on pourra s’en sortir avec les vieilles recettes du passé.