numerique_opt

ECONOMIE – L’émergence du numérique transforme l’économie, poussant les dirigeants et chefs d’entreprise à former leurs salariés à de nouveaux challenges.

L’entrée d’internet, l’essor des appareils connectés, des pc, des tablettes ou des smartphones ont complètement bouleversé l’économie mais aussi le travail au sein des entreprises. Former ses salariés à cette transformation numérique est devenue incontournable.

Des bouleversements majeurs dans les stratégies d’entreprises

Dans un rapport intitulé « Transformation numérique de l’économie » et remis au gouvernement le 7 novembre 2014, Philippe Lemoine écrit : « il a fallu 8 ans à internet pour passer du premier million d’utilisateurs à 10 millions, 2 ans pour l’internet mobile et 1 an pour Facebook », ce qui montre la rapidité d’évolution du numérique. L’émergence de ces nouvelles technologies et l’omniprésence des réseaux sociaux sont devenues la cause de bouleversements majeurs dans les stratégies des entreprises. Et pour cause, peu d’entre elles pourront survivre sans passer par l’étape presque décisive de la transformation digitale. Tout le monde connait l’histoire de La Redoute qui a raté sa transition numérique, mettant en péril le travail de ses salariés. A l’époque, Martine Aubry avait d’ailleurs porté de sévères propos contre le groupe Kering. Traité d’ « irresponsable » ayant « laissé pourrir La Redoute », le dirigeant s’était vite défendu en affirmant avoir investi 400 millions d’euros sur cinq ans pour ne pas rater la transformation numérique. La maire de Lille avait conclu quant à elle que « Les investissements nécessaires à la formation des salariés, à la modernisation de l’informatique et de la logistique n’ont pas été faits ». Aujourd’hui La Redoute sert d’exemples tout comme Virgin et la fermeture de 26 de ses magasins en moins de six mois.

Former ses salariés, une nécessité

Pour assurer dans les meilleures conditions la transition numérique, il est crucial de savoir former ses salariés aux challenges de cette nouvelle économie. De nombreuses stratégies de formation se sont développées. Des groupes comme Edenred ou Orange envoient les cadres dirigeants en expédition pédagogique pour rencontrer des start-ups ou assister à une« ouverture de chakras sur le big data par un professeur de Berkeley ». Cette culture est ensuite transmise en interne. Orange mise également sur la « Digital Academy » qui permet de former en interne et le plus souvent par voie dématérialisée les salariés à leurs nouvelles technologies comme la 4G ou le Bloc, mais aussi de les initier à des outils pour changer leur façon de travailler comme Coopnet, qui permet de réaliser des conférences en ligne. Axa utilise d’autres méthodes d’apprentissage. Par exemple, elle favorise le « Reverse mentoring » qui consiste à laisser les « Digital natives » (c’est-à-dire les nouvelles générations qui sont nées avec Internet) former les « Digital immigrants ». Ainsi, une cinquantaine de jeunes apprennent à 250 employés plus âgés à se servir des moteurs de recherche, des réseaux sociaux ou encore à démontrer la présence du groupe sur Internet. De nombreuses autres stratégies sont mises en place comme les programmes d’échange d’employés, les « serious games » (qui visent à mettre le salarié dans un contexte particulier pour lui permettre de développer ses compétences) ou encore à proposer des appareils comme des smartphones ou des tablettes en laissant à l’employé le temps de prendre conscience des avantages apportés (ce qui conduit nécessairement à l’adoption de ces appareils). Les méthodes de travail changent également, donnant lieu à l’émergence de nombreux logiciels et applications visant à améliorer la productivité en misant sur une meilleure organisation des tâches. Certaines de ces applications favorisent aussi les collaborations à distance en mettant par exemple en place un projet en ligne qui se sauvegarde immédiatement dès qu’une modification y est apportée.

Le numérique transforme l’économie. Il est devenu un véritable co-pilote qui dirige l’entreprise sur la bonne voie. Dans ce contexte, le « Digital Learning » se montre efficace pour aborder ce nouveau tournant. Chaque industrie choisit sa propre stratégie, l’essentiel étant de s’adapter.