Comme beaucoup d’histoires comme la mienne, mes parents m’ont raconté leur vie en Algérie durant la colonisation française. Moments douloureux pour eux c’est vrai mais pour des millions d’autres gens aussi. Une colonisation n’est jamais un bon souvenir pour le peuple colonisé mais raconter cette partie de l’histoire n’a pas besoin de feutre pour redessiner des frontières.
Je suis née à Paris et je porte en mon cœur et ma mémoire l’histoire de mes Parents. Je n’ai cultivé en moi ni sentiment de haine ou de désir de les venger. Cela ne m’est d’ailleurs jamais venu à l’idée. Je suis née Française de territoire, je le suis devenue dans le cœur en patinant mon cuir algérien avec une grosse dose de France.
Aujourd’hui mes petits enfants sont la 3ème génération et leur sera transmise l’histoire de M’hamed et Saada. Ils n’en seront pas moins des Français de longue date pour qui la France est leur patrie.
Raconter l’histoire de cette Algérie qui fut colonisée par ceux chez qui nous jouissons aujourd’hui de sa liberté, sa démocratie, son art de vivre ne nécessite ni feutre, ni brique pour ériger des frontières. Non il suffit de mains courageuses qui s’enchaînent les unes avec les autres pour que nous puissions sentir la chaleur de nos histoires, de notre histoire et prendre le chemin de l’avenir. Tracer cette route pour nos enfants, celui où le passé de chacun ne soit pas une épine dans la main serrée de l’autre est la seule chose qui doit nous habiter !
Mais la politique manque cruellement de Sagesse … et de Sages 🇫🇷