L’économie libérale est l’application des principes du libéralisme au domaine de l’économie, donc de la liberté d’action et de pensées des personnes qui se consacrent à la production, la distribution, l’échange et la consommation de biens et de services. L’Etat n’intervient pas ou peu pour protéger ses citoyens (chômage, maladie), la priorité est donnée à l’entreprise, souvent privée, c’est l’équilibre des marchés qui apporte le bien être et la richesse.

L’économie libérale s’exprime dans différents aspects de la société et invite à l’autorégulation, le libre choix mais choix responsable de l’individu. Les personnes sont capables de faire des choix et le moteur du développement des marchés est la compétition. Le marché et les individus sont faces à leur libre choix, choix libre (de droit) et choix informé « éclairé » (de fait). La mécanique des prix libres dans un marché libre est un moyen de créer de l’information. Dans un marché libre, la loi encadre le commerce afin que les règlements établissent un équilibre dans le rapport de force. Si une loi institue un monopole industriel ou institutionnel ou privé elle contribue à tromper le citoyen en faveur du détenteur de la prérogative. Les subventions, taxations, la censure ou le monopole de l’information sont opposés aux principes d’une économie libérale.

Deux grandes familles se retrouvent dans les partisans de l’économie libérale :

Les libéraux classiques suivant les pensées d’hommes politiques, économistes ou philosophes tels que : Locke, Turgot, Smith ou Condillac où les principes fondateurs du libéralisme : Liberté, responsabilité et propriété, s’appliquent au domaine de l’économie. L’Etat doit avoir une intervention réduite, à fortiori dans le domaine économique où il n’a pas de légitimité car seul les consommateurs peuvent savoir ce qu’ils souhaitent consommer et les producteurs ce qu’ils souhaitent produire.

Les partisans du néolibéralisme, plus sensible aux défaillances du marché, appuient leur réflexion sur la théorie de l’équilibre général. C’est un mouvement apparut au XIXe siècle.