La fête de la Saint-Jean d’été, traditionnellement accompagnée de grands feux de joie, est la fête de Jean le Baptiste, le 24 juin.

Elle est proche du solstice d’été dans l’hémisphère nord, qui a lieu le plus fréquemment le 21 juin, exceptionnellement le 19 juin (prochaine occurrence en 2488), rarement le 20 juin (occurrences en 18962008 et 2012) et le 22 juin (occurrences en 1975, au début du xxiiie siècle puis en 2302).

Le solstice d’été est fêté depuis longtemps. L’origine de cet événement est lié au culte du soleil. Les feux de solstices étaient à l’origine des fêtes païennes. L’église catholique a ensuite christianisé la pratique païenne, selon sa politique traditionnelle.

Dans les Pyrénées, et particulièrement en Comminges, le feu de la Saint-Jean s’appelle le brandon. Il est constitué par un tronc de conifère préparé longtemps à l’avance : il est fendu longitudinalement, sur tout le pourtour, en plaçant dans les fentes des coins de bois. Finalement, il a une forme de fuseau, il est dressé et on y met le feu. Dans les Pyrénées-Orientales, une marche est organisée du Canigou à Perpignan : les marcheurs portent des torches qui viennent grossir le feu qui brûle aux pieds du Castillet. Cette cérémonie est suivie de sardanes, danses traditionnelles catalanes, et de feux d’artifice. La ville de Bagnères-de-Luchon célèbre également la Saint-Jean avec des brandons. Elle a par ailleurs déposé un dossier de candidature pour l’inscription de la tradition au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, conjointement avec l’Andorre et l’Espagne. Candidature qui a été acceptée en décembre 2015 à la dixième session du Comité intergouvernemental, dès lors inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité