La lutte contre les déficits publics

C’est la priorité absolue, préalable à tout retour d’une croissance forte et durable. Il faut atteindre l’équilibre budgétaire en 2016 en répartissant à part égale l’effort de redressement des finances publiques entre recettes et dépenses.

 

Pour cela, nous proposons de maintenir le niveau de la dépense publique en 2013 et 2014 au niveau de la dépense 2012, nous allons réexaminer en profondeur toutes les missions, l’organisation et le train de vie de l’Etat  Nous devons aussi conclure un pacte de modération financière avec les collectivités locales, clarifier leurs compétences et mutualiser certains services. Enfin, Consolider et rationaliser les dépenses de sécurité sociale (réorganisation des services et des prestations).

 

En matière de ressources, outre la suppression des « niches fiscales et sociales » non fondées, je proposerai une hausse modérée de la TVA et la création d’une tranche supplémentaire de l’IRPP pour les hauts revenus ainsi que la mise en place une taxe sur les transactions financières internationales avec les partenaires européens.

 

L’inscription de la « règle d’or » de discipline budgétaire dans la constitution constitue à cet effet un engagement fort que je défendrai à l’Assemblée Nationale

 

Une économie performante avec des entreprises plus compétitives et le retour au plein emploi

 

L’objectif du plein emploi est possible grâce à une plus grande compétitivité de la France dont les principaux leviers sont une augmentation de la productivité et de l’innovation et un entreprenariat facilité. Le poids des charges sur le travail et la production doit être réduit, et l’évaporation de nos savoir-faire doit être stoppée. L’activité industrielle et la recherche en particulier dans le domaine des nouvelles technologies doivent être stimulées.

 

Il nous faut aussi desserrer l’étau juridique de l’emploi tout en sécurisant les parcours professionnels : un contrat de travail unique dont les garanties augmenteraient avec l’ancienneté du salarié rétablirait la sécurité juridique et la simplification dont les employeurs ont aujourd’hui besoin