lolo

Décidément nous sommes tombés bien bas ! « Un président ne devrait pas dire ça ! » tel est le titre d’un énième livre sur un président en mal de confidences. A force de flirter avec le monde médiatique, François Hollande s’est senti autorisé à laisser tomber son costume de chef d’Etat pour devenir un homme « normal » à la rhétorique banale, à croire que proche du terme de son mandat, il cesse de « faire président » pour étaler ses états d’âme tout au long de pas moins de soixante entretiens accordés à deux journalistes d’investigation Gérard Davet et Fabrice Lhomme,  d’après le magazine Marianne.

François Hollande aime la presse, un  peu trop peut-être. Mais il n’est pas le seul. Il faut lire le livre de Benjamin Dormann « ils ont acheté la presse » pour s’en rendre compte. L’envahissante consanguinité qui règne entre pouvoir politique et pouvoir médiatique, forme depuis de nombreuses années des couples plus ou moins heureux…à la ville !

François Hollande « dit rarement non à un journaliste », à la lecture des quelques bribes de ce livre de confidences, nous tombons avec consternation dans les abîmes d’une médiocrité digne de ces émissions débilitantes de téléréalité.

Aucune pudeur, ni réserve dans ses propos, commentateur de sa propre existence,  lui qui se gaussait du phrasé Sarkozien, n’a rien à lui envier. S’il existait un concours de délabrement intellectuel, François Hollande arriverait largement en tête.  

Ragots, quolibets, mépris du peuple, on se souvient  des « sans-dents » sciemment mis en avant par son ex-compagne journaliste (consanguinité vous dis-je !) Valérie Trierweiler.  

Aucun doute possible, La médiocratie a pris le pouvoir et la France navigue en absurdie !

Geneviève Frixon