La France, l’Europe souffre d’un mal profond. Elles ont perdu la vue et la vision.

La vue, qui consiste à voir le monde tel qu’il est, plutôt que de se croire capables de le faire tel qu’elles le pensent. La vue qui consiste à mettre un nom sur les faits et un prix sur leur impact. Pire, elle est un aveugle qui n’a pas développé de facultés cognitives de substitution. Elle a perdu un sens, sans en gagner d’autres en échange.

La vision, qui consiste à projeter des peuples dans une communauté de destin, un rêve partagé, qui ne fonctionne qu’à la condition que chacun y trouve une évolution, vers le haut. S’y rêve vainqueur. Une vision qui promette une Europe de champions et non un gestionnaire de rareté et de désespoir.

Ni la vue, ni vision. Cette déficience cognitive et politique, va nous coûter une élection punitive. A voir le monde tel qu’il n’est pas et refuser de réfléchir à l’avenir, nous allons faire un pas en arrière vers un précipice qui se creuse depuis plus de 20 ans.

La meilleure illustration est sa position vis à vis de la Chine, dotée elle de la vue et de la vision.

La vue, car elle a réalisé que le système occidental était cassé, même si par certains côtés, elle s’y précipite. Elle se jette donc, à travers la route de la Soie, vers tous ceux qui commencent à mendier leur survie. Et se fait octroyer toutes les concessions susceptibles de lui redonner la puissance qu’elle avait jusqu’au 15ème siècle. En Europe, l’Italie récemment, la Grèce auparavant, on déjà tendu la main. Elle a vu l’occident lui livrer ses usines et ses technologies, au gré de cette politique aveugle et courtermiste, qui faisait du pouvoir d’achat et de la productivité, l’alpha et l’oméga de nos économies. Cela lui a permis de retrouver sa puissance et lui a donné les moyens de nous racheter, à crédit et au rabais.

Pire encore, elle a vu que nous ne voyions pas ! Elle écrit des plans quinquennaux depuis des décennies, parfaitement exécutés, mais que personne n’a vu, cru ou pire, que beaucoup ont moqué, malgré l’évidence. La Chine, seul voyant au milieu des aveugles, se régale désormais et l’occident, ne sait réagir, à part Trump. Trump que chacun s’applique à moquer, mais dont j’aimerais qu’on ait la même trempe que lui.

La vision, car la Chine trace une voie céleste vers le succès économique, et l’enrichissement. Elle offre un avenir à son peuple et garantit le maintien de son régime par la force et le rêve collectif, basé sur la réussite de l’individu, en échange d’un respect des règles du parti. Il semble que tout le monde y trouve son compte. Même les ex-Tien an Men, s’y trouvent tout à fait à l’aise et ne retourneraient pas un instant devant les chars la rose à la main. La vision c’est l’équivalent de la promesse d’une coupe du monde de foot, mais au quotidien. Etre la puissance économique la plus forte, au profit d’individus toujours plus riches. Dans un pays dont les grands parents mouraient de faim sous Mao, le mot porte plus qu’ailleurs, et plus que dans nos démocraties endormies, de façade, qui glissent vers le bas.

La Chine a des talons, elle domine le monde d’une tête, même si certains de ses talons sont d’Achile. Nous ne savons même pas lui résister, pour obtenir de réciprocité et nous contentons de quelques contrats, annoncés à grand renfort de gesticulations, au journal de 20H. Des contrats, qui ont le goût du gain à court terme et du marché de dupe sur le temps.

Pour Nöel, offrons vite à l’Europe, une paire d’yeux, et une vision pour l’avenir. Sinon, nous n’aurons plus que des sapins Chinois au pied desquels poser nos cadeaux, ou du sapin tout court pour notre tombe.

D. Jacquet