La Deutsche Bank appartient clairement au club des établissements too big to fail – et pourrait même appartenir à celui des too big to save. L’exposition de l’établissement aux produits dérivés se montait fin 2015 à hauteur de 46’000 milliards d’euros, soit plus de treize fois le PIB de l’Allemagne. Certains analystes évoquent aujourd’hui une exposition de trente-cinq fois le PIB de l’Allemagne.

Non seulement des fonds ont pris des positions pour protéger leurs intérêts face à un effondrement total du cours de l’action (via les Credit-Defaut-Swaps ou CDS), mais d’autres ont entrepris de transférer leurs avoirs ailleurs – une hémorragie financière aggravant encore la situation de la banque.

En l’état actuel, le destin de la Deutsche Bank semble scellé. Mais s’il y a quelque chose que le monde financier a bien compris depuis 2008, c’est que toutes les règles du jeu peuvent être changées si l’urgence le demande. Les options sur la table sont donc probablement plus nombreuses qu’on ne le pense.

Un nouveau fonds européen sera-t-il créé? Angela Merkel changera-t-elle son fusil d’épaule en impliquant directement l’Allemagne? Le salut viendra-t-il de la BCE au nom de la « stabilité »? Pour l’heure, nul ne le sait, mais le graphique des dépendances interbancaires montre que l’inaction ne sera sans doute pas l’option privilégiée.

Lire la suite de l’article