Prétendre qu’elle ne coûtera pas plus cher (ou à peine plus) que les transferts sociaux actuels est irréaliste. Si c’est bien le cas, tout ce que vous ferez, c’est prendre aux vieux pour donner aux jeunes, prendre aux pauvres pour donner aux classes moyennes, prendre aux malades pour donner aux bien-portants, prendre aux handicapés pour donner aux valides, prendre aux sans logis pour donner à ceux qui ont un logement.

En réalité, pour la financer, il faudra augmenter les impôts jusqu’à un niveau que seules des dictatures socialistes d’abord puis inéluctablement fascistes ensuite, pourront imposer à la population (au passage, FNPA résume parfaitement ce qu’il convient de penser de ces idéologies morbides, la première nourrissant la seconde). L’allocation universelle, c’est la certitude de finir sous un régime politique violent.

Consacrez une seconde à vous placer du point de vue du producteur, propriétaire ou salarié. Pour quelle raison devraient-ils continuer à travailler s’ils voient l’essentiel du produit de leur travail s’évaporer en impôts ? Autant travailler au noir ou voter avec ses pieds ! C’est d’ailleurs la limite du système actuel, qui survit depuis les années 80 uniquement grâce à la dette. Ce n’est pas une question de système mais de niveau : le niveau de taxation est déjà tout bonnement insupportable. Lui SEUL est la cause du chômage de masse, de l’appauvrissement des classes moyennes, de la désagrégation de la société.