Israël, en forme longue l’État d’Israël, respectivement en hébreu יִשְׂרָאֵל (Yisrā’el) et מְדִינַת יִשְׂרָאֵל (Medīnat Yisra’el), en arabe إِسْرَائِيلُ (Isrā’īl) et دولة إسرائيل (Dawlat Isrā’īl), est un État situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée au Proche-Orient. Son indépendance a été proclamée le 14 mai 1948, après le vote du plan de partage de la Palestine le 29 novembre 1947 par l’ONU qui mit fin au mandat britannique.
Israël est une république parlementaire. Le Premier Ministre élu par le parlement et nommé par le Président, est le chef de l’exécutif. La Knesset (assemblée), où siègent cent vingt députés élus au scrutin proportionnel intégral à un tour, représente le pouvoir législatif. La Cour Suprême, composée de neuf juges, sert à la fois de pouvoir judiciaire et de Cour d’appel.
Israël a établi sa capitale à Jérusalem, choix qui n’est pas reconnu par une grande partie de la communauté internationale. Tel Aviv est le centre diplomatique, économique et financier du pays.
Israël est le seul État au monde où la population est majoritairement juive (75,4 %). La population non juive comprend principalement des Arabes israéliens (20,6 % dont 91 % de musulmans et 9 % de chrétiens) et des Israéliens sans-religion déclarés (4 % – principalement juifs et chrétiens non-arabes)[pas clair]. Les Arabes israéliens comprennent différentes communautés telles que les Druzes (1,8 % de la population totale), les Bédouins, les Samaritains et des communautés chrétiennes non-arabes (Grecs, Arméniens, Syriaques…), etc.
Depuis son indépendance en 1948, l’État d’Israël s’est retrouvé engagé dans plusieurs conflits armés avec les pays arabes voisins : principalement l’Égypte et la Jordanie avec qui elle a finalement signé la paix mais reste en conflit avec la Syrie et le Liban et certaines organisations non étatiques qui ne reconnaissent pas ses frontières ou même son droit à l’existence
 
Ce pays se distingue par sa vie culturelle riche, son économie avancée industriellement et technologiquement, et son niveau de développement qui le situe au 16e rang mondial selon l’indicateur de développement humain de l’ONU (valeur 2012), soit au premier rang des pays du Moyen-Orient et au quatrième rang en Asie, derrière Hong Kong et devant Singapour.
Selon les chiffres du Fonds monétaire international datant d’avril 2013, la valeur du produit intérieur brut israélien s’élevait en 2012 à 240,894 milliards de dollars ce qui classe Israël au 43e rang mondial. Le PIB/habitant en nominal s’élève à 31 296 dollars par habitant classant Israël au 27e rang mondial, soit le niveau de l’Union Européenne (32 518 dollars). En termes de parité de pouvoir d’achat, le PIB/habitant s’élève quant à lui à 32 312 dollars par habitant, ce qui correspond également à la moyenne de l’UE (32 021 dollars par habitant), et positionne Israël au 26e rang mondial, juste derrière la France.
L’économie israélienne est un système capitaliste moderne d’un pays jeune et se caractérise par un secteur public relativement important et un secteur de la high-tech en croissance rapide depuis plus de dix ans. Les ressources naturelles limitées du pays et le haut niveau d’éducation des Israéliens ont joué en faveur du développement des technologies de pointe. Les entreprises israéliennes, principalement dans ce domaine, sont très appréciées sur les marchés financiers mondiaux. Israël est le troisième pays en nombre de sociétés cotées au NASDAQ (98 entreprises cotées) après les États-Unis et la Chine (116 entreprises cotées) et reçoit de gros investissements étrangers. Le pays possède le plus grand nombre de start-ups au monde et ses dépenses en Recherche et Développement sont considérables. Cependant, malgré le bon développement économique du pays, 11 % de la population vit des rations distribuées par des organisations non-gouvernementales, d’après les réseaux intégrés d’information régionale (IRIN) de l’ONU.
 
Les contributions israéliennes à la science sont significatives en médecine, physique et agriculture et plus particulièrement encore en génétique, informatique, électronique et optique. Des prix Nobel en science et en économie ont été décernés à quatre Israéliens depuis 2002. Israël figure au 6e rang mondial en matière de contribution en termes de prix Nobel par habitant Le nombre de publications scientifiques par habitant (109 publications par 10 000 personnes) et de brevets déposés par habitant figure parmi les plus élevés au monde.
Israël arrive en tête au classement mondial en matière de dépenses annuelles pour la recherche et le développement avec un taux de 4,7 % de son PIB Les financements de cette recherche proviennent principalement du privé contrairement aux autres pays développés.
En 2010, Israël a officiellement rejoint l’OCDE au vu des progrès économiques et réformes réalisés.
Israël dispose d’importantes ressources en hydrocarbures au large de ses côtes, aussi bien pétrole que gaz naturel. Ses réserves sont estimés à 950 Milliards de M3 au 30 mars 2013 ce qui classe Israël au 26e rang mondial, dont la découverte date de 2009 et l’exploitation a commencé le 30 mars 2013. Ces ressources sont de nature à transformer Israël en exportateur de gaz, ce qui aura probablement des conséquences très importantes sur son économie. D’ores et déjà, Jérusalem entend mettre en place un fonds souverain à l’exemple du Qatar, du Koweït ou de la Norvège, alimenté par les 100 à 140 milliards de dollars que compte engranger l’État hébreu d’ici 2040
Israël est une république parlementaire multipartite et une démocratie libérale qui a adopté le suffrage universel.
L’unique chambre de son Parlement est la Knesset dont les 120 membres siègent à Jérusalem et qui est renouvelée tous les 4 ans.
Le chef d’État est le président d’Israël qui n’a essentiellement qu’une fonction honorifique. Il désigne le Premier ministre dans le parti ou la coalition majoritaire à la Knesset afin que celui-ci compose son gouvernement.
Israël n’a pas de constitution écrite mais s’appuie sur les principes énoncés dans la Déclaration d’indépendance de 1948 et sur les 14 lois fondamentales adoptées par la Knesset. La Cour suprême est la plus haute instance judiciaire israélienne. Les jugements sont rendus par des juges professionnels laïcs. Des tribunaux religieux propres à chaque confession gèrent les questions matrimoniales.
Israël n’est pas membre de la Cour pénale internationale : le Statut de Rome, qui a créé cette institution, a été signé par le gouvernement israélien le 31 décembre 2000, mais n’a pas été ratifié par la Knesset.