Le nouveau livre de l’auteur israélien Avraham B. Yehoshua, « Le tunnel », raconte l’histoire de Zvi Louria, ingénieur retraité, ancien directeur de l’équipement et des travaux publics en Israël et un homme respecté. A 73 ans, marié et père de deux enfants, il commence à perdre la mémoire… Son neurologue détecte alors un début de démence qui lui fait oublier les prénoms. Considéré comme l’un des plus grands écrivains israéliens de son époque, Avraham B. Yehoshua fait habilement s’entrelacer la question des identités israélienne et palestinienne avec celle de la perte de mémoire.

Avraham B. Yehoshua, né à Jérusalem en 1936, a été récompensé par une dizaine de prix internationaux et surtout par le prestigieux grand prix de Littérature d’Israël pour l’ensemble de son œuvre. Il a su conquérir le public français avec notamment L’Amant (1979) , Un divorce tardif (1983) , L’Année des cinq saisons (1990), Monsieur Mani (1992), Voyage vers l’an mil (1998), La Mariée libérée (2003) et Le Responsable des ressources humaines (2005), tous publiés chez Calmann-Lévy.  

Extrait

  • «Bon, résumons la situation, dit le neurologue.
  • – Oui, résumons, murmurent-ils tous les deux.
  • – Vos plaintes ne sont pas purement imaginaires. Incontestablement, une atrophie apparente dans le lobe frontal indique une légère dégénérescence.
  • – Où précisément?
  • – Là, vous voyez, dans le cortex cérébral.
  • – Désolé, je ne vois rien. »
  • Sa femme se penche sur la radiographie.
  • «Oui, je vois quelque chose de sombre, mais tout petit.