Pour les bailleurs aussi louer à plusieurs personnes se révèle une solution payante. Cela permet de dynamiser le rendement du bien et de diminuer le risque de vacance des grandes surfaces.

 

Phénomène courant à l’étranger, notamment au Royaume-Uni et en Espagne, pour cause de prix de l’immobilier ou de loyers très (trop) élevés, la colocation s’est fait connaître en France en 2002 grâce à un film de Cédric Klapisch, L’Auberge espagnole. Quinze ans plus tard, elle s’est largement développé en France dans les plus grandes villes. La demande est portée par les étudiants et même les promoteurs se mettent à construire des logements neufs répondant à cette

Les seniors concernés

Des étudiants, le marché s’est élargi ces dernières années aux jeunes actifs, qui y voient là un mode de vie mieux adapté à leurs attentes. « 27% des colocataires ont fait ce choix, car ils s’y sentent plus libres et plus mobiles pour saisir une opportunité professionnelle », indique Bernard Cadeau, président du réseau Orpi, qui a réalisé un sondage sur les attentes des Français en matière de logement.

 La colocation concerne aussi de nouveaux profils, comme les mères isolées et, de plus en plus, les seniors. Ainsi, à Nancy, l’association Un toit partagé expérimente un montage spécifique visant à concilier logement des aînés, rendement pour les investisseurs et rénovation des logements  Les propriétaires vont nous confier l’usufruit de leur bien à rénover. Les travaux de rénovation, notamment énergétiques, seront financés par les loyers et réalisés par des professionnels qualifiés. Une fois les travaux remboursés, les propriétaires percevront les loyers. Le rendement escompté devrait s’élever entre 3 et 5% brut, supérieur à celui de l’assurance-vie, sans compter la plus-value éventuelle en cas de revente. De plus, les nus-propriétaires ne paient pas d’ISF ». Le rendement, c’est l’autre clé de la popularité de la colocation, mais côté bailleurs. Car un logement loué à plusieurs colocataires rapporte davantage que le même, loué à une famille.

  1. Comparer les banques en ligne