Conseiller municipal d’Épaignes en 1989, il est élu au conseil général de l’Eure en 1992 pour le canton de Cormeilles.

Il devient maire d’Épaignes en 1995. Délégué au Sivom de Cormeilles, il préside la communauté de communes du canton de Cormeilles à partir de 1995.

Élu au SénatLadislas Poniatowski choisit Hervé Morin en 1998 pour lui succéder comme député dans la 3ecirconscription de l’Eure1. Il est élu, et prend la présidence du groupe Union pour la démocratie française (UDF) à l’Assemblée nationale de 2002 à 20071.

Militant de la réunification de la Normandie, il est président de l’Association pour la réunification de la Haute-Normandie et de la Basse-Normandie de 1999 à 2007, et est à l’origine du serment d’Épaignes prêté le26 novembre 2006. Il réaffirme régulièrement son attachement à cette question.

En 2014, il est réélu maire d’Épaignes dès le premier tour avec 71,97 % des voix

Lieutenant de François Bayrou, il s’implique fortement dans la campagne électorale du candidat centriste pour la présidentielle en 2007. Pourtant, à l’issue du premier tour, il s’oppose à la stratégie de troisième voie du président de l’UDF et appelle à voter pour Nicolas Sarkozy1, entrainant avec lui les trois quarts des députés centristes.

En mai 2007, pour les élections législatives, Hervé Morin présente sous les couleurs du Parti social libéral européen des membres de sa famille ainsi que ses employés, ce qui fait polémique. Pour Hervé Morin : « Tous les partis agissent de la même façon, il ne faut pas être naïf ni hypocrite. Il n’y a aucune combine. Il faut bien savoir que ce sont les législatives qui permettent aux partis politiques de subsister puisque l’État alloue 50 000 € par député et par an à chaque parti. Et chaque suffrage rapporte 1,63 € par candidat »… à la condition de présenter au moins 50 candidats. Parmi ses proches ainsi présentés figurent : son épouse, Catherine Broussot-Morin, avocate, dans la 3e circonscription des Hautes-Pyrénées, son neveu Julien Morin dans la 4e circonscription de Seine-Maritime, son frère Philippe Morin dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Lisa Morin dans la 3e circonscription de Paris ainsi que Micheline Morin comme suppléante dans la 2ecirconscription de l’Ariège, son attaché de presse, ses secrétaires, sa collaboratrice chargée d’Internet ainsi que son chauffeur.

Seuls 43 candidats du PSLE ont dépassé la barre des 1 %, insuffisant pour obtenir le financement public du parti. Hervé Morin décide de s’affilier à un parti de Polynésie, le Fetia Api, bénéficiant d’une législation propre aux partis ultra-marins, un chèque-emploi permettant de toucher 45 000 € annuels pour chaque élu député. Avec 23 parlementaires affiliés, plus de 900 000 € seront perçus

 né le 17 août 1961 à Pont-Audemer (Eure), est un homme politique français.

Député de la 3e circonscription de l’Eure de 1998 à 2007 et président du Nouveau Centre depuis 2008, il estministre de la Défense des deux premiers gouvernements François Fillon (20072010). Il a souhaité se porter candidat à l’élection présidentielle de 2012, puis s’est rallié à Nicolas Sarkozy.