Les négociations sont en bonne voie. Les dernières discussions datent de ce weekend, entre le numéro deux chinois et le représentant au Commerce américain Robert Lightizer. Les marchés financiers sont pour le moment optimistes sur l’issue de l’accord. Ce matin, les bourses asiatiques terminent dans le vert et le CAC semble aussi bien parti pour une très belle journée (+1.18% à la mi-journée).

Pourtant, on est toujours dans l’attente. Le Sommet de la Coopération Economique Asie-Pacifique devait consacrer le 16 et 17 novembre le début de réconciliation entre Chine et Etats-Unis et la signature de l’accord dite phase 1, étape dans la fin de la guerre commerciale. Mais le Chili qui devait héberger a fait au dernier moment faux bond aux organisateurs et il faut trouver en vitesse un nouveau lieu pour que cette rencontre ait lieu. 

Depuis, les Chinois ont démenti que l’accord pourrait être signé à Macao, dénonçant « une pure spéculation ». La date critique pour parvenir à un accord est le 15 décembre, parce que de nouveaux tarifs douaniers doivent entrer en vigueur sur les importations en provenance de la Chine (importations principalement manufacturières : ordinateurs portables, de jouets et d’appareils électroniques). Evidemment, les deux partis ont intérêt à éviter ces nouveaux tarifs douaniers.

Les Etats-Unis sont en tout cas les plus actifs pour que cette signature se fasse au plus vite : la rencontre devrait avoir lieu sur le territoire américain. Après avoir soumis l’Alasla ou Hawai, les observateurs tablent plutôt sur une rencontre dans l’Etat de l’Iowa. le président chinois a un lien personnel avec cet Etat puisqu’il y avait effectué une mission en 1985 pour la recherche agricole. Etat dans lequel il était retourné il y a 7 ans pour rendre visite à la famille qu’il l’avait accueilli pendant cette mission. Une touche sentimentale, donc.

Ce serait symbolique aussi parce qu’il s’agit d’un Etat agricole et que l’agriculture a été durement touchée par les tarifs douaniers depuis plus de 16 mois. Il s’agit en plus d’un Swing state, un Etat-clé pour l’élection américaine de l’an prochain. Donald Trump ferait coup double en le signant là-bas.

Sylvain M