Il est né à Omboué, petite ville sur la lagune Fernand Vaz, au sud de Port-Gentil. Son père, Charles Ping, appelé par les Gabonais Wang Ping, est un Chinois de Wenzhou (sud-est de la Chine), recruté comme travailleur dans les années 1920 et devenu exploitant forestier. Son père, marié à Germaine Anina, Gabonaise, originaire de Kongo, a poussé son fils à faire des études en France en qualité de boursier de l’État gabonais.

Jean Ping est titulaire d’un doctorat d’État en sciences économiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, obtenu sous la direction de René Passet en 1975.

Jean Ping, né le 24 novembre 1942 à Omboué (Gabon), est un diplomate et homme politique gabonais

Ancien compagnon de Pascaline Bongo, fille du président Omar Bongo, avec qui il a deux enfants, il a eu également des enfants avec Marie-Madeleine Liane. Mais il a toujours été jusqu’à aujourd’hui marié à Jeanne-Thérèse, d’origine italo-ivoirienne. Il est le père de nombreux enfants dont Frank Ping.

Le 24 septembre 2016Ali Bongo est proclamé vainqueur par la Cour constitutionnelle avec 50,66 % des voix, suivi de Jean Ping avec 47,24 % des suffrages. Au lendemain du verdict, Jean Ping, qui avait saisi la haute cour sous la pression de la communauté internationale, s’est adressé au peuple gabonais : « Hier, la Cour a pris sa décision envers et contre tous, foulant au pied la souveraineté du peuple gabonais, ignorant ostensiblement les pressants appels à la transparence lancés par la communauté nationale et internationale. Mais cette décision ne rassemble pas les Gabonais et ne les apaise pas, car le peuple du Gabon ne s’y reconnaît pas. Pas plus que la communauté internationale qui n’y accorde aucun crédit »  

Au côté de Jean Ping, un mouvement international de la diaspora gabonaise a vu le jour : des citoyens gabonais demandent à ce que la souveraineté du peuple gabonais soit reconnue et que le réel verdict des urnes soit respecté. Lors de sa tournée européenne de juillet 2017, ce mouvement de protestation lui a fait un accueil chaleureux