Marion Anne Perrine Le Pen, dite Marine Le Pen (prononcé [ma.ʁin lə.pɛn]), née le 5 août 1968 à Neuilly-sur-Seine, est une femme politique française.

Avocate de profession, elle s’engage en politique au sein du Front national, occupe plusieurs mandats locaux à partir de 1998 (conseillère régionale d’Île-de-France, du Nord-Pas-de-Calais puis de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, conseillère municipale d’Hénin-Beaumont) et siège au Parlement européen depuis 2004.

Elle est élue présidente du Front national au congrès de Tours, le 16 janvier 2011, succédant ainsi à son père, Jean-Marie Le Pen, qui dirigeait le parti depuis sa fondation. Candidate à l’élection présidentielle de 2012, elle obtient 17,90 % des suffrages exprimés, soit le meilleur résultat jamais obtenu par un candidat du FN au premier tour d’une élection présidentielle française.

Marine Le Pen figure sur la liste du Time des cent personnes les plus influentes au monde en 2011 et 2015.

Le Front national pour l’unité française (FNUF, ou son acronyme raccourci par commodité dès l’origine, FN15) est lancé le 5 octobre 1972, lors d’une réunion privée, devant quelque 70 personnes, « salle des horticulteurs » à Paris, sous les auspices du mouvement Ordre nouveau16. Le logo du Front national est choisi lors de ce congrès fondateur. La constitution légale du parti date du 27 octobre 1972, jour du dépôt à la Préfecture de Paris de ses statuts qui confirment la nomination de Jean-Marie Le Pen comme président du FN par Ordre nouveau, qui cherche dans le choix de cette personnalité à se donner une façade respectable pour entrer dans l’arène électorale.

Durant une dizaine d’années, le Front national reste un mouvement marginal, au cours de ce qui est communément désigné comme une « traversée du désert » par les historiens aussi bien que par les militants du parti. La préoccupation majeure semblait être de conserver le maigre capital de militants nécessaires à la survie du parti20. François Duprat, ancien d’Ordre nouveau, joue un rôle moteur durant toute cette période.

La version « officielle » de la naissance du parti privilégie le rôle fondateur unique de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier n’a cependant joué qu’un rôle limité dans la création proprement dite du Front national, l’initiative en revenant au mouvement Ordre nouveau, ce que le leader historique ne conteste toutefois pas Comme le montre notamment le politologue Alexandre Dézé, « cette version officielle procède en réalité d’une réécriture des origines de l’histoire frontiste, qui a notamment pour fonction d’occulter les conditions objectives de lancement du FN. Ce que dissimule, en effet, ce récit constitutif de la mythologie frontiste, ce n’est pas seulement la complexité et l’incertitude qui entourent la création du Front national, mais aussi le fait que les responsables du groupuscule néofasciste Ordre nouveau (ON) en sont les véritables instigateurs. Jean-Marie Le Pen n’est en réalité que l’une des pièces de la « stratégie de front national », conçue initialement par les dirigeants d’ON comme une étape électoraliste sur le chemin de la « Révolution nationaliste et populaire »