Dire que Sophie Sainrapt aime les femmes serait peu dire. Comme d’affirmer que le soleil nous est vital… C’est en quelque sorte une évidence, un absolu. Née vers 1960 (comme on va vers la mer), elle se forme de 1988 à 1994 à la peinture et la sculpture chez Hashpa et Alain Marie, parallèlement à sa carrière dans la haute administration.

Depuis, elle explore sans relâche son thème favori – le corps des femmes, qui deviennent poussières sous le fusain, rivières diluées dans l’encre, ocre rouge, brunes comme la terre, bleues comme l’Afrique, oranges, pourpres ou jaune indien. Elle les (nous) aime toutes : de toutes couleurs, de toutes statures, fièrement dressées, nonchalamment couchées, majestueuses dans leur nudité, leur liberté. Car les femmes, Sophie les aime libres.

Depuis plus de vingt ans son atelier s’est rempli de leurs portraits, dans lesquels on retrouve comme un air de famille, la marque de l’artiste. Mais dans lesquels surtout on reconnait les traits de tous ces modèles, venues poser là en pleine confiance, en pleine complicité. Elles envahissent les murs, le sol, les tiroirs.

Elles sont partout, partout chez elles. Comme elles seront chez elles sur les deux étages du Salon du Vieux Colombier. Quelle belle reconnaissance du talent de Sophie Sainrapt par la Mairie du 6e arrondissement et quel formidable hommage rendu à toutes les femmes que de l’avoir choisie pour les représenter ! Car les dates de l’exposition ne doivent assurément rien au hasard. Quoi de plus approprié en effet que ce mois de mars, le lendemain de la journée internationale qui leur est consacrée ?

L’oeil de la femme à barbe • Ghislaine Verdier •
Sophie Sainrapt •
sophie@sophiesainrapt.com • www.sophiesainrapt.com
lafemme@loeilabarbe.fr • http://loeildelafemmeabarbe.fr