En 2015, la légalisation du mariage des couples de même sexe aux États-Unis a sans aucun doute eu un impact sur le business des bars gays, car les statistiques montrent qu’un nombre croissant de personnes LGBTQ se marient et élèvent des enfants. Une tendance que l’on retrouve dans les autres pays où le mariage a été ouvert aux couples de même sexe.

En 2013, environ 230 000 couples de même sexe s’étaient mariés aux États-Unis [dans les états qui l’autorisaient alors]. En 2015, ce nombre a grimpé à 486 000. En 2000, le recensement des États-Unis a montré que 63 000 couples de même sexe élevaient des enfants. En 2012, le nombre était de plus de 110 000.

Tout parent vous dira que les enfants peuvent tuer votre envie de sortie. Et puisque les pères gays sont plus susceptibles que les personnes hétéros de participer activement aux activités de leurs enfants, un grand nombre de papas gays ont troqué leurs chaps pour des tabliers de cuisine.

Pourtant, la communauté LGBTQ est toujours confrontée à une multitude de défis politiques: le manque de protection sur le lieu de travail ou dans les lieux publics – mais ces problèmes n’ont pas réussi à ramener les LGBTQ dans les bars en tant que lieu de rassemblement communautaire, du moins pas autant que la persécution policière, l’égalité du mariage ou l’interdiction militaire des individus LGB avaient pu le faire dans le passé.

Les problèmes rencontrés par les groupes les plus marginalisés de la communauté LGBTQ – la discrimination institutionnelle contre les femmes lesbiennes, les bisexuel.le.s et les personnes trans – peuvent sembler trop fragmentés ou abstraits pour la clientèle masculine majoritairement gay des bars. Sans un combat politique unique et facile à comprendre, nous avons moins besoin de voir les bars gays comme essentiels à notre survie.