Thibault de Montbrial, président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure et avocat au barreau de Paris, est interrogé dans Le Figaro du 14 mai (extrait) :

« Le pire est devant nous. Les premiers combattants à l’étranger et condamnés en France en 2013 et 2014 commencent aujourd’hui à sortir de prison. En 2020, on estime que 64 % d’entre eux auront quitté l’univers carcéral, soit plusieurs centaines de personnes. Or une immense majorité d’entre eux reste déterminée à combattre notre pays. Leur profil est inquiétant car il s’agit de personnes aguerries au combat. S’ajoutent à cela, des milliers de djihadistes francophones qui n’ont été ni arrêtés ni tués en Irak ou en Syrie. » 

Lire l’entretien intégral