Aujourd’hui, G E O C L O U D a atteint le peloton de tête. Il figure parmi les huit startups les plus plébiscitées du concours Founder Showcase 2012.

« Je fais des pieds et des mains pour maintenir le rang face aux autres candidats dont l’effectif des votes avoisine dangereusement le mien. Il faut un coup de buzz médiatique pour sensibiliser les internautes français sur le sort d’une startup qui, seule parmi les autres candidats, représente la France au concours de la Silicon Valley.

C’est pourquoi ici je propose de détailler le contenu de G E O C L O U D et ses répercussions en terme de croissance économique, de développement de la vie locale, et d’aménagement du territoire à l’échelle internationale.

Le problème  que résout G E O C L O U D est un problème quotidien, il touche un besoin universel et s’étend à toutes les cultures.

N’avez-vous jamais gâché votre temps libre à courir d’une boutique à l’autre à la recherche d’un produit bien précis ? Certes vous utilisez Google maps pour géolocaliser les points de vente, mais cela ne vous aide en rien à géolocaliser le produit que vous recherchez, ni à checker sa disponibilité en rayon. Le problème en question n’est donc toujours pas résolu.  »

G E O C L O U D, c’est l’application mobile qui trouve ce que vous cherchez au plus près de vous. Elle comprend trois innovations majeures.

1) la géolocalisation tactile

2) un moteur de recherche par description

3) un accès au cours de la demande en temps réel

1) la géolocalisation tactile : elle vous permet de tracer l’itinéraire sur lequel seront calculés tous les points de vente où se trouve le produit de votre choix. Cette géolocalisation tactile est l’alternative incontournable à la géolocalisation en temps réel, qui condamne vos recherches à votre position géographique. La géolocalisation tactile vous permet de géolocaliser des produits indépendamment de votre propre position géographique et ainsi de décider librement avec précision le périmètre de vos recherches. Si, par exemple, vous avez un rdv à 16h dans le 8e arrondissement de Paris et que vous souhaitez profiter du trajet pour effectuer un achat, vous pourrez tracer votre itinéraire et adapter le planning de vos achats à votre planning professionnel. Le même principe vaut pour la géolocalisation à périmètre variable : vous touchez une zone de la map et faîtes varier le périmètre de sélection en connaissance de vos prochains déplacements.

2) le moteur de recherche par description : la chose n’existe pas encore sur Google research et encore moins sur la map de google. Le moteur de recherche utilisé pour Google shopping est assez proche de celui envisagé par G E O C L O U D. Ceci montre que la chose est réalisable. Grâce à un moteur de recherche par description, vous pourrez trouver le produit de votre choix indépendamment de sa marque. Ceci doit aider ceux qui ignorent la marque du produit recherché, et ceux qui savent à peu près le genre de produit qu’ils veulent mais n’ont pas encore une idée bien précise. Grâce au moteur de recherche par description, il sera possible pour tout utilisateur de G E O C L O U D d’accéder à la diversité des produits correspondants à ses critères. Par exemple, un père de famille souhaite offrir à sa fille un jouet rose en bois à roulettes. Son activité professionnelle et son indisponibilité l’empêchent d’être à la page en matière de jouets pour enfant. Au lieu de perdre une après-midi à faire le tour des magasins de jouets, il peut consulter le catalogue de G E O C L O U D en activant sa recherche : « jouet, rose, bois, roulettes ». Il trouvera dans le ruban-image toute une série de jouets roses en bois à roulettes, avec image à l’appui, dont une marionnette de fée ornée de ruban roses et montée sur des patins à roulettes – idée de cadeau que ce père de famille trouve géniale et à laquelle il n’avait pas du tout pensé.

3) un accès au cours de la demande en temps réel : fabricants et commerçants pourront consulter gratuitement le cours de la demande en temps réel. Par exemple, un opticien soumis à l’angoisse de devoir écouler ses stocks avant la saison prochaine pourra observer que tel modèle de lunettes a connu une très forte demande dans son quartier et commander sans risque le produit pour rentabiliser et maximiser sa visibilité sur la map. Au-delà de l’intérêt des fabricants et commerçants à booster leur visibilité grâce à cette fonction G E O C L O U D, il s’agit d’orienter l’offre vers davantage de proximité avec la demande : là où aujourd’hui l’offre s’impose à la demande (principe de publicité à haute dose), l’offre va pouvoir s’adapter à la demande, ou plutôt va devoir s’adapter à la demande. Car sur G E O C L O U D, nul produit n’est visible si ses critères ne coïncident pas avec ceux recherchés par les utilisateurs. C’est donc une stratégie de visibilité que de s’adapter à la demande. G E O C L O U D ouvre sur un monde où la demande pourra enfin être entendue et décider du cours de l’offre (et non plus l’inverse) pour une meilleure rencontre entre l’offre et la demande, une rencontre optimale, efficace, et donc pour une dynamique économique plus cohérente et plus certaine en terme de rentabilité.

 

G E O C L O U D aide à la fois la vie des consommateurs, les fabricants et les commerces de détail. C’est l’outil indispensable à l’écosystème du commerce actuel.

Face au succès croissant de l’e-commerce, l’urgence est de rendre compétitifs les commerces de détail. En munissant les commerces de détail des infos qui attirent massivement les cyberacheteurs (prix, fiche produit, disponibilité, avis consommateurs), G E O C L O U D rend compétitifs le commerce dit de « proximité ». L’e-commerce condamne les consommateurs à un isolement et aux contraintes de la vente à distance. G E O C L O U D facilite l’accès à la vie locale, favorise l’aménagement du territoire (urbain/rural) vers davantage de proximité et de diversité des produits. Booster ainsi la vie locale, c’est ouvrir sur un monde plus humain (pas de vente à distance), où la proximité des échanges humanise le commerce, là l’e-commerce et la vente à distance tendent à le déshumaniser. Booster la vie locale, c’est ne plus craindre l’évolution des échanges vers la mondialisation (qui est historiquement incontournable), c’est contourner cette évolution en marche vers la standardisation des produits, vers l’uniformité vs la diversité – c’est donc concevoir une mondialisation plutôt basée sur le modèle de la vie locale, c’est-à-dire la proximité et la diversité réunies.

G E O C L O U D favorise le développement des commerces dits de « proximité » parce que « proches » de la demande grâce à l’accès au cours de la demande en temps réel.

G E O C L O U D facilite l’accès à la vie locale. À mon sens, l’e-commerce contredit d’ailleurs les tendances que révèle le succès des réseaux sociaux. Là où le web manifeste une tendance vers le « toujours plus de proximité », l’e-commerce amorce un modèle de distanciation, de déshumanisation des échanges commerciaux. Je n’explique pas autrement le succès de l’e-commerce : l’e-commerce n’est pas attractif de lui-même et en lui-même, mais négativement – il est attractif parce que les commerces de détail n’ont toujours pas développé de stratégie web, utilisent mal les outils 2.0, leur sphère est encore étrangère à la toile comme deux univers parallèles là où je vois une compatibilité manifeste. Ces commerces qui font notre vie de quartier comptent encore sur le hasard de la rencontre entre l’offre et la demande, là où les probabilités diminuent en raison inverse de l’augmentation des cyberachats. Je vois dans le succès de l’e-commerce ou la non-compétitivité des commerces de détail un danger majeur en terme d’aménagement du territoire, un horizon désert où se succèdent des zones résidentielles vides.

On sait ce que ce type d’aménagement urbain produit en terme de délinquance – les « cités » dits « quartiers sensibles » en France souffrent d’un problème de délinquance lié à un défaut d’Agora qui entraîne avec lui un problème de communication interindividuelle: là où il n’y a pas de communauté, c’est-à-dire de lieu d’échange physique, réel, humain, il n’y a pas de communication. Une cité sans commerce, c’est un lieu sans connection, un lieu déshumanisé où chaque individu se trouve désolidarisé des autres (raison pour laquelle les gangs prennent forme, pour suppléer à cette isolation). Le succès des réseaux sociaux montre le potentiel inverse d’une communauté toujours plus vaste et néanmoins plus proche.

Pour ce qui est des consommateurs, il va de soi que G E O C L O U D est la solution incontournable pour ne plus perdre de temps à effectuer nos achats. G E O C L O U D est né de l’observation de ce problème et d’une étude théorique sur la visibilité. J’observais que les consommateurs vivaient péniblement le parcours de leurs achats. On peut se dire que la plupart des consommateurs achètent sans planifier. Rien n’est plus faux aujourd’hui. Chaque produit acheté doit correspondre à notre personnalité, doit refléter, représenter notre personnalité. C’est un phénomène social très important, dont il faut tenir compte. On peut traverser la ville entière pour acquérir le produit qui nous convient – le budget et les enjeux sociaux déterminent le principe du « choix ». On veut « choisir » nos achats : on veut s’identifier à nos objets – dans notre monde « Avoir », c’est « Être » – on extériorise notre personnalité pour créer de la réputation, du contact, de la reconnaissance, de la singularité,  pour générer et affirmer une existence sociale.

On n’achète plus un vêtement, une machine à laver ou une paire de chaussures par pure pragmatisme – les critères esthétiques, budgétaires figurent comme essentiels. On ne peut plus en faire l’économie. Tout achat incapable de satisfaire ces deux critères, le consommateur l’effectuera par « résignation » : soit parce qu’il n’a pas le temps de courir d’un magasin à l’autre, soit parce qu’il n’a pas le temps d’y consacrer la journée. G E O C L O U D affranchit les consommateurs de ce système de contraintes.

La théorie qui lui sert de principe est la suivante :

À quoi bon la visibilité de l’offre, si la demande est aveugle ? si le parcours censé mener à sa rencontre est prisonnier d’un brouillard que seule une géolocalisation des produits permettrait d’y voir clair ? Indépendamment de la géolocalisation des produits, il n’y a pas de visibilité de l’offre à proprement parler. Il y a des pubs à tout bout de champ dont l’abondance nuit sensiblement à la visibilité de l’offre. Contradiction.

On a cru pendant des siècles que la visibilité seule pouvait suffire à la rencontre entre l’offre et la demande. On a inventé les vitrines, les catalogues, les publicités presse, télévisées, web, le référencement google, on a inventé les centres commerciaux pour soulager les consommateurs dans leurs inévitables parcours labyrinthiques à la recherche du fameux graal ! Rien ne permet encore de résoudre le problème !

Ceci est totalement insensé : Vous pouvez augmenter l’éclat du soleil, cela ne le rendra pas plus visible aux yeux de celui n’y voit rien ! Cet aveugle, c’est vous, c’est moi, c’est chacun de nous, lorsqu’on cherche un produit bien précis dont on ignore la marque, le point de vente et la disponibilité en rayon.

 

G E O C L O U D résout ce problème.

En résolvant ce problème, G E O C L O U D ouvre sur une économie plus cohérente, donc plus certaine, car plus proche de la demande. Offrir à notre système économique une base solide, marquée par le dynamisme de la vie locale, c’est lui offrir une stabilité remarquable à une époque dominée par des phénomènes de crises répétitives, insolubles, parce que sans rapport avec le potentiel de la vie locale, sans rapport avec la demande non plus.

C’est ici que je demande à mes followers de prendre clairement conscience de la révolution G E O C L O U D, de ses bienfaits sur la qualité de vie, la croissance des pays en voie de développement, car l’économie de la vie locale est indépendante de toute importation basée sur le principe de domination – il s’agit de booster la diversité, la proximité, l’indépendance et la croissance de la vie locale pour garantir un confort de vie aux résidents, des ambiances de quartier, un lieu de vie pour chaque communauté, un lieu d’échanges humains, un monde où la rencontre naturelle et spontanée entre l’offre et la demande peut servir enfin de principe régulateur à l’économie en place.

Pour moi, ce système qui mise sur le développement de la vie locale, c’est ce que j’appelle libéralisme : c’est-à-dire l’auto-régulation naturelle des échanges commerciaux et de la dynamique économique via la coordination spontanée entre les intérêts interindividuels. Chose qui n’est possible que dans un monde où les échanges procèdent encore du contact humain. Donc chose impossible dans un monde où la distance l’emporte sur la proximité, où l’import/export l’emporte sur la vie locale, où l’e-commerce l’emporte sur les commerces de détail – dans ce monde-là, actuel, le libéralisme n’existe pas ! – on appelle auourd’hui « libéralisme » ou « ultra-libéralisme » un système domination qui en réalité n’est qu’une structure féodale traditionnelle où les oligarques décident du cours du blé. Le libéralisme, le vrai, celui qui a été conçu par les fondateurs de la démocratie moderne, n’a rien à voir avec un système de domination oligarchique. Bien au contraire, G E O C L O U D tend à mettre en application le principe de la main invisible.

Or le principe de régulation naturelle des échanges vers la dynamique économique traditionnellement appelé « main invisible » ne peut être effectif que dans un monde boosté par la vie locale. G E O C L O U D entend booster la vie locale à l’échelle internationale