Répartition géographique
Nous avons reçu à ce sujet deux types de remarques :

Les premières nous demandent pourquoi nous avons pris en compte des critères géographiques pour le choix des 70 noms, alors que la liste pour les Européennes est dorénavant nationale
D’autres, s’inquiétant pour la campagne à venir, nous demandent si les candidat·e·s sont correctement réparti·e·s sur le territoire national
Il est impossible que chaque département soit représenté sur une liste de 70, mais nous avons veillé à ce que nos candidat·e·s puissent faire campagne dans toute la France en étant correctement réparti·e·s sur l’ensemble du territoirenational. Voici donc la répartition des candidats par région :

Région Femmes Hommes
Auvergne-Rhône-Alpes 3 5
Bourgogne-Franche-Comté 3 2
Bretagne 1 1
Centre-Val de Loire 1 2
Corse 1
Grand Est 3 1
Hauts-de-France 2 3
Île-de-France 8 7
Normandie 1 1
Nouvelle-Aquitaine 3 3
Occitanie 2 4
Outre-mer 1 1
Pays de la Loire 1 2
Provence-Alpes-Côte d’Azur 4 3
Français de l’étranger 1
Nous vous proposons également ce tableau de répartition en fonction de la population du lieu de résidence des candidat·e·s. Les chiffres indiqués correspondent à la population de la commune, ou de l’aire urbaine le cas échéant, en se basant sur les chiffres de l’INSEE de 2015.

Population de l’aire urbaine ou de la commune Nombre de candidat·e·s
Plus de 1 000 000 20
500 000 à 999 999 3
200 000 à 499 999 7
100 000 à 199 999 5
50 000 à 99 999 2
20 000 à 49 999 2
10 000 à 19 999 5
1 000 à 9 999 20
Moins de 999 6
Certaines régions ont proportionnellement présenté moins de candidat·e·s que d’autres et notamment beaucoup moins de candidates. Par ailleurs nous n’avons pas retenu de candidatures de personnes qui, n’ayant aucun lien avec un groupe d’action, n’étaient pas connues des Insoumis·es du secteur.

Catégories socioprofessionnelles
Afin que vous puissiez vous faire une meilleure idée de la répartition des candidatures par catégorie socioprofessionnelle, nous vous proposons un tableau de statistiques comparant les dernières données de l’INSEE, les statistiques que nous avions publiées sur l’ensemble des 637 candidatures reçues par le comité électoral, et les statistiques de la liste des 70 noms.

Groupe socioprofessionnel INSEE 2017 637 candidatures 70 candidat·e·s
Agriculteurs exploitants 2,0 % 0,5 % 2,9 %
Artisans, commerçants, chefs d’entreprise 6,0 % 6,1 % 1,4 %
Cadres, professions intellectuelles supérieures 13,4 % 33,1 % 28,6 %
Professions intermédiaires 20,3 % 33,3 % 32,8 %
Employés 25,2 % 12,1 % 18,6 %
Ouvriers 20,3 % 4,9 % 10 %
Etudiants 7,7 % 8,9 % 5,8 %
Les chômeurs et les retraités sont comptabilisés dans ces pourcentages (pour les chiffres de l’INSEE, cumul des pourcentages avec ceux des inactifs).

Si on isole ces deux groupes, en calculant le pourcentage par rapport à la population française de 18 ans et plus au 1er janvier 2018 (50.891.106), on obtient le tableau suivant :

INSEE 2017 637 candidatures 70 candidat·e·s
Chômeurs 4,9 % 12,6 % 7,1 %
Retraités 27,8 % 11,1 % 2,8 %
Nous avons cherché, à partir des candidatures déposées, à nous rapprocher au mieux d’une liste à l’image de la population. Nous avons notamment pu améliorer la représentativité de la liste par rapport aux candidatures reçues en ce qui concerne les catégories des employés et des ouvriers mais nous n’avons pu que contenir la surreprésentation des catégories des professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires.

Autres statistiques
Le plus jeune des candidat·e·s est un étudiant de 21 ans. Le doyen est quant à lui âgé de 65 ans. L’âge moyen des candidat·e·s s’élève à 42,1 ans. Il est respectivement de 41,2 ans pour les femmes et de 42,9 ans pour les hommes. Ces moyennes d’âge sont donc légèrement en-dessous de celles calculées pour l’ensemble des 637 candidatures reçues.
L’investissement associatif est très marqué avec 60% de femmes membres d’une association et 56,3% chez les hommes. Quant à l’engagement syndical, 60% des candidat·e·s déclarent être membres d’un syndicat.
48,6% des candidat·e·s indiquent une appartenance partidaire. Nous tenons à préciser par ailleurs que celle-ci était purement déclarative dans les candidatures et qu’elle ne donnait en aucun cas droit à un traitement différent des autres insoumis·es de la part du comité. Elle n’a été prise en compte que pour apprécier leur niveau d’implication dans la vie collective, au même titre que leur engagement dans une association ou un mouvement syndical.

Nous espérons que la publication de ces statistiques répondra à certaines de vos questions. Nous vous remercions pour toutes vos contributions, que nous examinerons en détail lors de notre prochaine réunion les 16 et 17 juin.