Michel Sapin se rend à Bruxelles pour présenter le plan d'économies de gouvernement. Pour Denis Payre : "Le plan de 50 milliards d'économie n'est pas à la hauteur, en particulier sur les réformes structurelles."

Le Parlement européen vient d’adopter la directive droit d’auteur, qu’il avait pourtant rejetée une première fois cet été. En ayant fait adopter cette directive, les industries culturelles et de la presse réclament les miettes de l’économie de la surveillance de masse. Plutôt que de combattre cette capitulation devant les GAFAM, le gouvernement français l’a vigoureusement encouragée.

En 20 ans, l’industrie culturelle française n’a jamais su s’adapter à Internet. Aujourd’hui, elle est folle de rage devant le succès de Netflix ou d’Amazon. Donc elle exige les miettes du gâteau. Elle veut contraindre les géants du Web, tels que Youtube ou Facebook, à partager avec elle les revenus de la publicité ciblée associée aux œuvres dont ils sont les ayants-droits.

Mais la publicité ciblée consiste surtout à surveiller tout le monde, partout, tout le temps, sans notre consentement libre. Depuis le 25 mai et le RGPD, c’est illégal, et c’est bien pourquoi nous avons attaqué chacun des GAFAM au printemps dernier devant la CNIL, dans des plaintes collectives réunissant 12 000 personnes.

Pourtant, ayant échoué à évoluer, l’industrie culturelle française est aujourd’hui prête à s’associer à ce modèle illégal. Avec le vote d’aujourd’hui, le financement de la culture se soumet à l’économie de la surveillance de masse. Et il est injustifiable que le gouvernement français, en soutenant lui aussi cette directive, ait consacré la toute puissance illicite des géants du Web, plutôt que de combattre leur modèle de surveillance pour nous en protéger.

Hélas, le débat ne s’arrête pas là. À côté, on retrouve les éditeurs de presse qui, eux non plus, pour la plupart, n’ont jamais su s’adapter. Du coup, ils exigent aujourd’hui que Facebook et Google les financent en les payant pour chaque extrait d’article cité sur leur service. Mais quand les revenus du Monde ou du Figaro dépendront des revenus de Google ou de Facebook, combien de temps encore pourrons-nous lire dans ces journaux des critiques de ces géants ? Plutôt que de s’adapter, les éditeurs de presse préfèrent renoncer entièrement à leur indépendance, sachant par ailleurs que bon nombre d’entre eux mettent en œuvre des pratiques tout aussi intrusives que celles des GAFAM en matière de publicité ciblée (relire notre analyse de leurs pratiques et de leurs positions sur le règlement ePrivacy).

Ici encore, le gouvernement français a encouragé cette capitulation générale face aux géants du Web, qui passent encore davantage pour les maîtres de l’Internet. Pourtant, ils ne sont les maîtres de rien du tout. Internet n’a pas besoin de Google ou de Facebook pour nous permettre de communiquer. Au contraire, ces géants nuisent à nos échanges, pour mieux vendre leur publicité.

Le vote d’aujourd’hui est le symptôme de l’urgence qu’il y a à changer de cadre. Le gouvernement français doit accepter qu’Internet ne se résume pas à une poignée de monopoles. Il doit renoncer aux multinationales du numérique et, enfin, commence à promouvoir le développement d’un Internet décentralisé – seul capable de respecter nos droits et libertés. Maintenant.