D’abord un constat : contrairement à ce qu’affirment en permanence les étatistes, jamais l’Etat en Europe ou aux Etats-Unis n’a eu une telle place dans nos vies en temps de paix. En un siècle le poids de l’Etat est passé d’environ 15 % du PIB à en moyenne 50 %. En France, nous avions déjà un Etat centralisé et imposant sous De Gaulle, en une génération nous avons en plus hérité d’un « infra Etat », des collectivités locales gourmandes et d’un « super Etat » l’Union européenne bavarde, sans d’ailleurs que l’Etat national n’est lui-même significativement diminué de volume. Jamais nous n’avons eu autant de politiques, de bureaucrates pour nous soigner, nous éduquer, nous diriger, nous commander, nous ausculter, nous subventionner, nous dresser et surtout nous ponctionner. Contrairement à une légende urbaine, les USA ont suivi une trajectoire similaire. De l’Amérique de Roosevelt qui a prolongé la crise pendant une décennie tout en multipliant les bureaucraties aux politiques Keynésiennes des années 1970 en passant par les multiples guerres, l’Etat fédéral n’a fait que grossir. Reagan n’a lui-même que très peu diminué la place de l’Etat, mais surtout diminué les impôts sans diminuer les dépenses, en particulier celles destinées au secteur militaro-industriel.