crecre_opt

L’histoire du Crédit agricole remonte à la fin du xixe siècle, à une loi de 1884 permettant la libre association professionnelle, qui autorise entre autres la formation de syndicats agricoles, et la création de banques locales mutualistes. La création de Société de Crédit agricolede l’arrondissement de Poligny à Salins-les-Bains dans le Jura a lieu le 23 février 1885. Cette institution est la première du genre en France.

S’inspirant de cette expérience et pour encourager le crédit au profit de la petite exploitation familiale, la loi du 5 novembre 1894, promue par le ministre de l’Agriculture Jules Méline, permet la création de caisses locales de crédit agricole. Les premières caisses sont la création d’élites locales composées d’agronomes, de professeurs, de propriétaires alors que les agriculteurs sont encore minoritaires.

Dans les premières années, l’activité est d’abord exclusivement composée de prêts à court-terme. Il s’agit d’avances sur récoltes qui permettent aux agriculteurs de vivre mieux. Viennent ensuite les emprunts à moyen puis à long terme qui leur permettent de s’équiper, d’acheter du bétail.

Cependant, les Caisses locales se trouvent vite confrontées à des problèmes financiers tels que le manque de capitaux ou les garanties insuffisantes des petits exploitants. En cause, la loi de 1894 qui ne comportait aucun avantage en la matière. Il faut attendre 1897 pour que l’État règle ces problèmes puisqu’il impose à laBanque de France d’apporter des ressources au Crédit agricole. Une dotation de 40 millions de francs or et une redevance annuelle de 2 millions de francs sont ainsi versés. Un an plus tard, la loi de 1898 résout la question des garanties. Enfin, la loi du 31 mars 1899 institue une commission du ministère de l’Agriculture pour la répartition de cette avance entre les caisses régionales qui sont créées pour l’occasion. Ces caisses coopératives fédèrent les caisses locales de leur ressort géographique et leur servent de caisses de compensation