debre_opt_opt

Trois milliards de dollars. Tel est désormais le prix pour s’asseoir dans le bureau ovale. C’est en tout cas la somme que les candidats à l’élection présidentielle américaine vont dépenser cette année pour conquérir la Maison-Blanche.
En 2016, Hillary Clinton aura passé plus de temps à séduire des multimillionnaires pour qu’ils financent sa campagne qu’à rencontrer les électeurs. De son côté, Donald Trump a tout bonnement sorti son propre chéquier pour tenter de se faire élire.
L’argent est devenu tellement déterminant qu’à la Chambre des représentants ou au Sénat, tous les élus sont engagés dans une course effrénée aux dollars. Parce qu’il existe une règle cardinale aux États-Unis : le candidat qui dépense le plus remporte l’élection.
Mais d’où vient cet argent ? Qu’espèrent en retour les « généreux donateurs » ? Qu’en est-il des conflits d’intérêt que cette situation engendre ?
La démocratie américaine est-elle à vendre ?