Quelques notions de base sur l’endettement

1) Que signifie précisément s’endetter ?

S’endetter c’est emprunter de l’argent à quelqu’un pour payer quelque chose .

S’endetter c’est aussi s’engager à rembourser la somme empruntée dans un certain délai, augmentée d’un certain montant, qu’on appelle les intérêts.

2) Pourquoi une entreprise, un Etat ou un particulier décide-t-il de s’endetter ?

On s’endette principalement pour financer des dépenses que l’on ne peut assumer avec ses seules ressources financières propres .

On ne devrait accepter de s’endetter que si on est confiant dans sa capacité future à rembourser sa dette ; cette capacité future provient souvent de nouveaux revenus obtenus grâce à l’achat financé par la dette, ou de dépenses évitées ; je m’explique :

1er exemple : un boulanger s’endette pour acheter un nouveau four à pain lui permettant de doubler sa production quotidienne : le surcroit de recettes de vente de pain doit lui permettre de rembourser sa dette et de gagner plus d’argent :

=> s’endetter dans ce cas a un effet positif sur l’activité de la boulangerie, en permettant de la développer : c’est vertueux (les financiers parlent d’effet de levier de la dette); attention c’est vertueux si la croissance des recettes est au rendez-vous ; sinon la dette accroit les difficultés !!

2ème exemple : un particulier locataire s’endette pour acheter sa résidence principale : l’économie de loyer va lui permettre de rembourser tout ou partie de sa dette, et peu à peu il devient propriétaire de sa résidence principale : c’est vertueux.

 

3) Est-ce une bonne ou une mauvaise décision que de s’endetter ?

Le paragraphe précédent présente deux exemples d’endettement vertueux; troisième exemple :

 un particulier prend un crédit à la consommation (= s’endette) pour s’acheter du mobilier : il ne peut compter sur aucun nouveau revenu ou baisse de dépenses lié à son achat ; donc soit il anticipe une augmentation de salaire, soit il devra demain se serrer un peu plus la ceinture en diminuant ses dépenses pour rembourser le crédit et ses intérêts; ce n’est pas vertueux !

=> je conseille ainsi à chacun d’éviter les crédits à la consommation, coûteux en taux d’intérêt et qui conduisent beaucoup de Français aux revenus modestes à des situations de surendettement.

Ainsi s’endetter c’est utiliser un moyen de financement ; un moyen n’est ni bon ni mauvais dans l’absolu, tout dépend de l’usage de celui qui l’utilise.

4) De combien peut-on raisonnablement s’endetter ?

On est raisonnablement endetté dès lors qu’on a la capacité d’assumer ses dépenses courantes et ce qu’on appelle « le service de la dette » (c’est  le remboursement progressif du montant emprunté et le paiement des intérêts).

On peut donc calculer pour chacun ce que représente un endettement raisonnable :

  • Les banques ont développé des logiciels leur permettant de déterminer le montant raisonnable de prêt à consentir à un particulier pour acquérir une résidence principale.
  • Une entreprise également sait calculer le service raisonnable de la dette qu’elle peut supporter sans risquer de se trouver dans l’incapacité de faire face à l’ensemble de ses dépenses

    Quelle augmentation de la dette publique entre 1980 et 2010 ? 

    La dette publique passe de 92 Mds à 1 591 Mds !

     

    Qui contribue à cette augmentation ?

    L’Etat est le principal responsable de l’augmentation de la dette publique depuis 1980, alors même qu’il a transféré de nombreuses missions de service public aux collectivités locales ; entre 1980 et 2010 sa dette est passée de 55 Mds à 1 245 Mds (multipliée par 23 en 30 ans !

     

     La dette des collectivités locales est passée durant la même période de 31 Mds à 161 Mds (multipliée par 5 en 30 ans).

    Pour mémoire les collectivités locales doivent respecter une « règle d’or », que l’Etat ne s’impose pas :

    Les recettes de fonctionnement doivent couvrir les dépenses de fonctionnement. Le recours à l’emprunt n’est autorisé uniquement pour le financement des investissements, à l’exception du remboursement des annuités d’emprunt.

    Il est tout à fait regrettable que l’Etat n’ait pas jugé utile de s’imposer cette règle de bonne gestion.

     

     L’évolution de la dette de la Sécurité Sociale est beaucoup plus contrastée, + 8% par an durant la décennie 80 (5 à 8.2 Mds d’€), une explosion durant les années 1990 (+ 22% par an et 45 Mds d’€ en 1999) qui se poursuit à un moindre rythme durant la décennie 2000 (+14% par an et 171 Mds d’€ en 2010).

     

     Qui remboursera cette dette ?

    L’Etat, les collectivités locales et la Sécurité Sociale

    Avec quel argent ?

    Celui des cotisations sociales et des impôts

    Qui paie les impôts et les cotisations sociales ?

    Toujours les mêmes, les Français et les entreprises !!