L’institut Civitas existe depuis 1999. Il est, avec ICHTUS, un des héritiers du mouvement de laïcs intégristes La Cité catholique fondé par l’intellectuel vichyste Jean Ousset.

Son essor médiatique date de l’arrivée à sa tête d’Alain Escada, militant d’extrême droite belge issu du courant national-catholique, ancien cadre du Front nouveau de Belgique (FNB), qui devient en 2009 secrétaire général de l’association. En 2012, Escada succède à l’amiral François de Penfentenyo à la présidence de Civitas.

Civitas milite pour la « rechristianisation » de la France et de l’Europe. L’association se définit comme un mouvement social et politique du « lobby catholique traditionaliste », un « mouvement dont le but est la restauration de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ »qui ne se contente pas d’intervenir dans le débat d’idées, mais propose aussi « […] des stages techniques […] consist[ant] en un entraînement aux techniques de discussions face à la dialectique subversive, à un apprentissage des savoir-faire fondamentaux pour pratiquer une action efficace : prise de parole en public, organisation de réunions, lancement d’associations, comment mener une action concrète, etc. ».

L’institut Civitas revendique début 2013 plus de 1 000 adhérents et 170 000 « sympathisants » abonnés à sa mailing list. Civitas nourrit des ambitions pour les élections municipales de 2014, visant l’implantation de 300 élus formés par leurs soins.

Pour l’historien Étienne Fouilloux, les militants de l’association, en prônant l’établissement de la royauté sociale du Christ sur terre, contestent le régime républicain lui-même. Selon-lui, Civitas joue dans les mouvements catholiques « un rôle homologue à celui des trotskystes ou des anarchistes dans les manifestations de gauche (…) [celui d’]une minorité agissante moins soucieuse de solutions concrètes que de tension révolutionnaire (ou contre-révolutionnaire) ».

Le 29 janvier 2016, l’Union des familles laïques annonce qu’à la suite de leur pétition, Civitas ne sera plus financée par l’argent public. De son côté, Civitas déplore un « complot républico-maçonnique » visant à « [les] étrangler ».

En mars 2016, les auteurs des attentats de Bruxelles prévoyaient initialement de frapper le quartier de La Défense et l’institut Civitas. Ils auraient changé de cible en raison de la pression policière et de l’arrestation de Salah Abdeslam

Civitas, connu aussi sous le nom de France Jeunesse Civitas ou Institut Civitas, est une association généralement considérée comme catholique intégriste, « national-catholique »et d’extrême droite. L’association se définit elle-même comme un « lobby catholique traditionaliste ». Ce groupe est proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) fondée par l’évêque Marcel Lefebvre en 1970 à laquelle appartient son aumônier principal.