Depuis l’origine du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela en espagnol), les pèlerins ont emprunté les voies de communication de tous les autres voyageurs. Sauf à proximité immédiate des sanctuaires, il n’y avait donc pas à proprement parler de chemins de pèlerinage spécifiques.
C’est à partir de 1882, avec l’impression du dernier Livre du Codex Calixtinus, recueil composé au XIIe siècle, que s’est répandue la notion de chemins de pèlerinage. Ce livre commence en effet par ces mots : « Quatre chemins vont à Saint-Jacques ».
Très sommairement décrits, ces chemins sont désignés par les noms des villes qu’ils traversent (cf infra). Comme l’ensemble du manuscrit, ils sont décrits et dénommés en latin. L’habitude a ensuite été prise de donner des noms à consonance latine aux chemins contemporains. Ceci peut être justifié quand ils suivent d’anciennes voies romaines. C’est plus folklorique quand il s’agit de créations contemporaines

Les quatre principaux itinéraires classiques sont très sommairement évoqués dans le Codex Calixtinius, par les principales villes ou lieux remarquables traversés :
« Il y a quatre routes qui, menant à Saint-Jacques, se réunissent en une seule à Puente la Reina, en territoire espagnol ; l’une passe par Saint-Gilles du Gard, Montpellier, Toulouse et le Somport ; une autre par Notre-Dame du Puy, Sainte-Foy de Conques et Saint-Pierre de Moissac ; une autre traverse Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Saint-Léonard en Limousin et la ville de Périgueux ; une autre encore passe par Saint-Martin de Tours, Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Jean d’Angély, Saint-Eutrope de Saintes et la ville de Bordeaux. »
« La route qui passe par Sainte-Foy, celle qui traverse Saint-Léonard et celle qui passe par Saint-Martin se réunissent à Ostabat et après avoir franchi le col de Cize, elles rejoignent à Puente la Reina celle qui traverse le Somport ; de là un seul chemin conduit à Saint-Jacques. »
Le dernier Livre du Codex Calixtinus ne décrivait que le chemin en Espagne. Dans ce qui était la grande Aquitaine du XIIe siècle, il ne donnait qu’une liste de sanctuaires balisant très imparfaitement les quatre routes qu’il mentionnait dès la première ligne.

En France, depuis seulement la fin du XIXe siècle, l’habitude a été prise de ne considérer que les quatre chemins indiqués dans le Codex Calixtinus, traduit en 1938 avec le titre contemporain, inexistant dans le manuscrit, de Guide du pèlerin. Mais l’étude des itinéraires réellement suivis par des pèlerins qui ont laissé des écrits ne permet pas de leur accorder l’importance qu’ils ont acquise aujourd’hui.
Les quatre chemins contemporains ont été tracés à partir des années 1970, sous l’impulsion de la FFRP (Fédération française de la randonnée pédestre) et de la Société des Amis de Saint Jacques. Ils passent par les grands sanctuaires qui bornaient la Grande Aquitaine, Tours, Vézelay, Le Puy-en-Velay, Arles, mentionnés dans le Codex Calixtinus. Contrairement à une idée très répandue, ces sanctuaires n’étaient pas des lieux de rassemblement. Le Codex Calixtinus ne le mentionne d’ailleurs pas. Cette idée récente est née au XIXe siècle.

La via Turonensis (1 460 km), qui passe par Paris et Tours. Aucun historien n’a jamais pu confirmer les indications de la plaque, donnée par l’Espagne à la ville de Paris en 1965, selon laquelle les pèlerins se rassemblaient à l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie à Paris (l’actuelle tour Saint-Jacques), l’une des plus anciennes paroisses de la ville. Les pèlerins en provenance de Picardie, du Ponthieu, des Flandres, du Hainaut, des Pays-Bas, de Scandinavie ainsi que les Champenois, les Belges et les Allemands prenaient ce chemin et le prennent encore. Ils rejoignent ceux qui partent de Paris et empruntent la rue Saint-Jacques, le faubourg Saint-Jacques et la Tombe Issoire.
C’est le Chemin de Paris. Il apparaît dans des récits de pèlerins médiévaux comme « grand chemin de Saint-Jacques ». Il présente une certaine réalité historique de chemin de pèlerinage, tout en ayant été utilisé par quantité d’autres voyageurs. Il traverse aisément Paris, franchit la Loire, n’offre pas de difficultés particulières, et permet de cheminer sous un climat tempéré.
La via Lemovicensis, qui passe par Limoges, d’où son nom ; le sanctuaire était Vézelay.
On parle aujourd’hui de Chemin de Vezelay. Une association créée vers la fin des années 1990 s’est progressivement installée comme gérante de cette voie dont elle prétend défendre une historicité qu’aucun historien sérieux n’a pu établir.
La via Podiensis (1 530 km), qui tire son nom du Puy-en-Velay ; lieu de pèlerinage marial ; ce chemin est balisé comme « GR 65 », dès Genève ; le trajet préambulaire Genève-Le Puy est appelé via Gebennensis. Il y a deux autres trajets préambulaires: Cluny-Le Puy et Lyon-Le Puy.

On parle aujourd’hui de Chemin du Puy. Au Puy-en-Velay, on dit « le Saint-Jacques », comme on dit « le Stevenson ».
Ces trois premiers chemins se rencontrent dans les Pyrénées-Atlantiques à Ostabat, au niveau du « Carrefour de Gibraltar ». Ce dernier ne doit rien à Tariq ibn Ziyad, c’est simplement une déformation phonétique du sanctuaire de Saint-Sauveur, sur la colline. Chabaltore en basque, est devenu Chibaltare, Chibraltare et enfin Gibraltar. En 1964, le docteur Clément Urutibehety, promoteur local des chemins de Compostelle a fait poser à ce carrefour une stèle discoïdale provenant d’un ancien cimetière.
La traversée de la frontière se fait actuellement par le col de Bentarte ou par Valcarlos, en amont du col de Roncevaux. La suite du chemin prend le nom de Camino navarro, selon les acceptions : à Roncevaux, à la frontière espagnole, à Saint-Jean-Pied-de-Port, à la jonction d’Ostabat, voire dès l’entrée en Basse-Navarre.
La via Tolosane, qui passe par Toulouse, d’où son nom ; mais elle s’est aussi appelée via Arletanensis, du sanctuaire d’Arles.

Elle a eu aussi comme nom via Aegidiana, ou route de Saint-Gilles, du nom du sanctuaire de Saint-Gilles du Gard.
Ce chemin rejoint l’Espagne par le col du Somport. On parle aujourd’hui de Chemin d’Arles.
Cette via Tolosane était précédée par
* la via Domitia – Chemin de Compostelle (ou GR 653D), qui va du col de Montgenèvre à Arles, appelé aussi la via Francigena ainsi nommée par les italiens puisqu’elle passe en France.
* la via Aurelia – Chemin de Compostelle (ou GR 653A), qui va de Menton à Arles. Cette voie a été balisée et ouverte officiellement en juin 2010[2].
La via Tolosane avait une variante parallèle, le Chemin du Piémont ou « El cami deu pé de la coste », qui recevait les pèlerins du début de la via Tolosane au niveau de Narbonne. Cet itinéraire continuait ensuite par Carcassonne, Fanjeaux, Mirepoix, Saint-Lizier, Saint-Bertrand-de-Comminges, L’Escaladieu, pour rejoindre la voie d’Arles à Oloron-Sainte-Marie.

Il pouvait aussi rejoindre l’Espagne par le Camino aragonés, ainsi nommé puisqu’il rejoint l’Aragon.
Camino navarro et Camino aragonés se rencontrent à Puente la Reina, finissant la jonction des quatre chemins français. La poursuite du chemin prend, à partir de là, le nom de Camino francés.
Il existe aussi des chemins de traverse qui permettent aux pèlerins de se rendre dans des lieux de pèlerinages, comme :
Le chemin de Conques à Toulouse,
La voie de Soulac,