En 857 les moines de l’abbaye Saint-Martial de Limoges fondent un monastère à Chambon-sur Voueize pour mettre à l’abri des incursions normandes les reliques de sainte Valérie, dont le monastère de Saint-Martial garde seulement la tête (17 mai). Vers 985, ils font construire une chapelle pour les recevoir. L’église est construite un peu plus tard2. Elle sera rattachée à l’ordre de Cluny, elle devient abbatiale au XIIIe siècle puis paroissiale après la Révolution française. Elle fut pillée et mutilée aux XVe et XVIe siècle avant d’être remaniée au milieu du XIXe.

En 1834, la commune absorbe celles voisines de Chambon-Campagne et de Saint-Sornin1 ; cette dernière avait porté, durant la Révolution, le nom de Sur-Chambon

La particularité notable du climat à Chambon-sur-Voueize est son caractère continental plus marqué que les autres stations de Creuse du fait de sa position en contrebas de la vallée de la Tardes et de la Voueize avec une orientation à l’est à l’abri des perturbations océaniques, on observe donc des cumuls de précipitations plus faibles ( 700 à 800 mm/an) ; c’est en moyenne l’endroit le plus sec de Creuse.