Une aide de l’UE suite à des licenciements dans la province belge du Hainaut
Caterpillar et cinq sous-traitants touchés par le déclin des exportations de l’UE-28, l’augmentation du prix de l’acier et les coûts élevés de production
Les fonds de l’UE incluent des subventions de démarrage, des formations et des indemnités
2 287 salariés licenciés de Caterpillar Solar Gosselies ainsi que cinq sous-traitants devraient recevoir une aide de l’UE de 4 621 616 euros afin de les aider à trouver un nouvel emploi.

En raison de modifications majeures de la structure du commerce international, notamment la mondialisation et la concurrence mondiale dans les secteurs des engins de construction et d’extraction minière, Caterpillar a fermé l’année dernière son usine située dans la ville de Gosselies (province de Hainaut, Wallonie).

La chute de la production du secteur minier en Europe, le déclin considérable des exportations de l’UE-28 depuis 2014, l’augmentation des prix de l’acier européen et les coûts élevés de production des machines dus à cette augmentation ont conduit à une réduction des effectifs dans le courant 2017, précise le projet de rapport. Au total, 2 287 employés, dont une majorité a entre 30 et 54 ans, ont été licenciés et devraient désormais bénéficier des mesures cofinancées par le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation et les autorités belges.

C’est la deuxième fois que ce fonds est utilisé en Belgique pour Caterpillar. Une aide de l’UE avait été accordée à 1 399 employés de la société licenciés en 2014. La proposition actuelle couvre l’ensemble des employés restants, suite à la fermeture de toutes les activités de la marque en Belgique. Les licenciements concernent la région du Hainaut, où le taux de chômage est particulièrement élevé. Les demandeurs d’emploi à Charleroi sont pour la plupart peu qualifiés (50,6% n’ont pas suivi d’enseignement secondaire supérieur) et 40% d’entre eux sont des chômeurs de longue durée, indique le texte.

Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation couvrira 60% du coût total qui s’élève à 7,7 millions d’euros. Cinq types de mesures sont prévues: aide à la recherche d’emploi, formation professionnelle, entrepreneuriat, subventions de démarrage et indemnisations. 300 jeunes ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ou de formation (NEET) bénéficieront également des services fournis.

Le projet de rapport préparé par la rapporteure Eider Gardiazabal Rubial (S&D, ES), qui recommande au Parlement d’approuver cette aide, a été adopté mardi en commission des budgets par 27 voix pour, 2 contre et 0 abstention.