Les élections municipales constituent un terrain d’opération inconnu pour cet habitué des champs de bataille (Kosovo, Sarajevo, Tchad etc.) Après la France, c’est Carpentras qu’il entend désormais « servir » en conduisant sa liste d’union de la droite à la victoire en mars prochain. Ainsi, le général de La Chesnais prendra la tête d’une liste, qui ne sera pas RN mais soutenue par le RN, aux élections municipales de Carpentras en 2020.  Mais qui est le général  Bertrand de La Chesnais ?
Bertrand Marie Joseph Houitte de La Chesnais est le fils de René de la Chesnais, et de Mme, née Monique Séguineau de Préval. Il épouse Cécile de Camaret avec qui il a cinq enfants.

Fantassin, principalement parachutiste, il sert successivement comme lieutenant au 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pau puis comme chef de section mécanisée au 151e régiment d’infanterie de Metz. Il revient ensuite comme capitaine au 1er régiment de chasseurs parachutistes désormais stationné à Souge où il commande une compagnie. Il poursuit son parcours au sein des troupes aéroportées comme chef du bureau opérations instruction du 9e régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers entre 1994 et 1996Colonel, il reçoit en juillet 2001, le commandement du 1er régiment d’infanterie de Sarrebourg.

Ce volet opérationnel est marqué, comme jeune officier, outre le commandement d’appelés et d’engagés volontaires, par quatre missions de courte durée dans les Départements et territoires d’outre-mer à La Réunion et en Nouvelle Calédonie d’une durée de quatre à six mois chacune ; puis, comme officier supérieur, par sa projection en opérations : en 1994 en Bosnie-Herzégovine, où il tient la fonction de chef opérations d’un bataillon d’infanterie de la FORPRONU engagé à Sarajevo ; en 2002 au Tchad, où il commande le groupement Terre ; puis en 2005 au Kosovo, où il tient la fonction de colonel adjoint au général commandant la brigade multinationale Breveté de l’École Supérieure de guerre, il est également auditeur, au grade de colonel, de la 56e session du Centre des hautes études militaires et de la 59e session de l’Institut des hautes études de la défense nationale

 Il dirige aujourd’hui une société de conseil en stratégie et management