La production en Europe est en échec à cause de la bureaucratie et de la charge fiscale paralysante qui démotivent les forces actives de notre société. Tant travailleurs que patrons se révoltent de plus en plus contre l’esclavage persistant consistant à voir le fruit de leur travail grevé de plus de 50 %, et de se voir dérobés du niveau de vie décent auquel leurs efforts leur donnent droit.


La taxation excessive prive aussi les entreprises des ressources nécessaires pour financer tous leurs projets innovateurs. L’Europe ne travaille plus parce que le travail n’est plus payant après le paiement de l’impôt. L’Europe n’innove plus parce que ce n’est plus payant d’innover après tous les coûts nécessaires pour se conformer à toutes les prescriptions, limitations et restrictions contenues dans l’ensemble des permis et autorisations surabondants. L’Europe n’investit plus parce que le fisc ne laisse plus d’argent pour investir, et parce que les procédures d’application sont longues et le coût nécessaire pour se conformer aux absurdités est trop haut. La réalité est que le secteur productif est fatigué de tous ces technocrates qui lui dictent comment bureaucratiser leur travail. Les forces productives européennes sont lasses d’être constamment freinées dans leur tâche de produire les richesses. La démoralisation est la vraie cause de stagnation, et l’ultime raison pour laquelle de plus en plus de nos ingénieurs, scientifiques et entrepreneurs fuient la misère fiscale européenne