Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, reste fidèle à lui même et à sa conception très totalitaire de l’Europe.

Lui qui avait déclaré « qu’il ne peut y avoir de vote démocratique contre les institutions européennes » (telles qu’elles ont été fabriquées dans le dos des citoyens européens et notamment de ceux qui avaient voté contre la Constitution) en rajoute au sujet du Brexit.

Jean-Claude Juncker aurait déjà convenu d’un arrangement avec David Cameron en cas de Brexit

Quel arrangement ?

Il affirme dans le journal Le Monde que le Royaume-Uni sera considéré comme « un Etat tiers à l’Union européenne » : on en tremble déjà… vu tous les avantage que la Turquie obtient en étant hors de l’UE tandis que la Grèce est broyée par ses « partenaires ».

Mais ce qui nous interpelle, c’est cette petite phrase qui suscite le malaise « il nous faudra mettre en application l’arrangement que nous avons conclu avec David Cameron, dont personne ne parle dans la campagne du référendum ».

Un « arrangement » ? Je pressens que cela ne va tellement nous « arranger »… mais surtout, et comme dans le cadres les négociations TAFTA avec les Etats-Unis, cela entretient le sentiment désagréable que l’Europe négocie secrètement « avec des pays tiers » dans le dos de ses concitoyens.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit