Les c…, comme les feuilles mortes, se ramassent à la pelle dans cette p… de société.
La dernière en date : la célébration du 75ème anniversaire de notre Johnny national. « Ferveur et larmes à la messe de la Madeleine », titre Le Parisien ce matin (16/06/18).
Johnny transformé en mythe : « faut pas pousser mémère dans les orties » comme on disait au temps de ma jeunesse ! Chanteur talentueux, sans doute, homme très imparfait aussi : « bringueur », drogué, infidèle, mauvais père (avec David et Lara), Johnny, rien à voir avec l’abbé Pierre ou Mère Térésa ! Mais, voilà pour fêter ses 75 ans (car on fait comme s’il les avait vraiment aujourd’hui), l’église de la Madeleine lui ouvre à nouveau ses portes.
Et pan pour la laïcité ! Et pan pour le sacré ! Le profane est sacralisé : vive les idoles païennes ! Guitare en bandoulière le prêtre en personne entonne une chanson du défunt, les chœurs en font de même, et l’assistance aussi – pas très catho ce jour-là. A vous dégoûter d’être chrétien, moi qui le suis et m’en honore ! Une église c’est tout de même pas une salle de spectacle ! Un prêtre c’est pas un guignolo !
Passons au jeune malien, Mammoudou Gassame, qui s’est illustré, il y a quelques jours, en sauvant un petit garçon suspendu dans le vide au 4ème étage de son immeuble. Exploit louable il est vrai. Et les louanges vont en effet tomber, de tous côtés ! Qualifié de « héros », le jeune homme est aussitôt convié à l’Elysée, reçu par tous les médias. Le ministre Collomb, qui n’en rate pas une, fait même un tweet : « A un grand homme la patrie reconnaissante », s’enflamme-t-il. Y ferait mieux de réfléchir celui-là avant de dire des c… ! Car Mammadou Gassame n’est pas un « héros » mais un citoyen courageux comme on aimerait en voir davantage, c’est sûr. Son acte est un acte de civisme. Alors, bien sûr qu’il faut donner des papiers à ce garçon, le naturaliser sans tarder : c’est amplement mérité ! Mais la Légion d’Honneur comme ont proposé certains, faut pas charrier ! Et pourquoi pas lui réserver une place au Panthéon ?
Un mort sur la mort de Serge Dassault : je m’en tamponne ! Ce monsieur était peut-être un brillant industriel, c’était aussi un voyou qui achetait les voix des électeurs, non ? Je suis plus ému par la mort de Pierre Bellemare ou celle du footballeur Roger Piantoni, héros de la Coupe du Monde 1958.
Me touche aussi le sort de ces migrants embarqués sur l’Aquarius. Le gouvernement « populiste » italien n’en veut pas, les Corses les auraient bien accueillis. Finalement ce sera l’Espagne. Pauvres gens trimbalés partout, respectés nulle part. Il est temps de définir une vraie politique européenne (et pourquoi pas mondiale ?) de l’immigration. Temps d’engager de vrais plans de développement économique des pays à fortes migrations.
Me prennent la tête en revanche les laïcards islamophobes. Ces fanatiques nous emm… pour une jeune fille voilée parce qu’elle est dirigeante de l’UNEF. Pourquoi y disent rien quand un joueur de tennis – j’parle ici d’Gaël Montfils – exhibe en plein court, à Roland Garros, une chaîne avec une croix du Christ ? Parce qu’ils préfèrent les cathos aux musulmans ! Voilà, c’est ça, la « laïcité à la française », une laïcité discriminante, fermée, autoritaire.
Je termine par Macron, le dieu de l’Elysée. Homme de droite qui s’ignore – les pires -, après avoir torpillé la SNCF par une réforme libéro-libérale, y s’attaque aux prestations sociales. Y trouve Jupiter qu’y a trop de « pognon » dans cette affaire : il a qu’à vivre avec 500 € par mois, le locataire du Palais, y comprendra qu’y a jamais trop d’aides sociales, que c’est pas de l’assistanat, que les gens ont le droit de vivre, comme lui. J’vous le dis, les hommes de droite qui s’assument pas, c’est les pires de tous.