C’est le lendemain de Thanksgiving, cette année le vendredi 29 novembre. Les familles se sont réunies, les familles font le pont parce qu’elles se sont déplacées pour se retrouver. C’est donc un vendredi consacré au shopping en famille et les commerçants américains, eux, s’en frottent les mains puisqu’ils réalisent leur plus gros chiffre de l’année.

L’opération commerciale à l’origine sur un seul jour dure maintenant jusqu’à deux semaines selon les enseignes. Pour beaucoup, c’est trop. Trop de consommation, trop d’argent et surtout trop de gâchis. Les Français sont prêts à dépenser jusqu’à 6 milliards d’euros, deux fois plus que les Allemands.

Ce jour de surconsommation irrite de plus en plus, surtout dans le climat social.

Les alternatives sont nombreuses à être organisées. Entre le White Friday qui permet de reverser une partie du chiffre d’affaire aux associations, ou alors tout simplement des boutiques qui choisissent de fermer leurs portes ce jour-là, à l’image de la Camif. En passant par la Green week, à l’appel de Greenpeace qui lance une campagne de communication spéciale et d’autres opérations de sensibilisation menées auprès du public. Le tout permettant d’informer et d’éduquer :  comment produire, quels en sont les impacts sur les ressources naturelles et la biodiversité ? 

Les économies font face à l’écologie. C’est le combat du siècle, en somme. Le pouvoir d’achat contre le climat ? Tout est aussi question d’éducation des populations.