D’après les autorités Birmanie , Facebook serait responsable du génocide des Rohingyas

Un an… C’est ce qu’il aura fallu à Facebook pour prendre des mesures concrètes afin de mettre un terme à l’effroyable machine à haine qui a contribué au déclenchement du massacre systématique des Rohingyas par l’armée birmane, à partir du 25 août 2017.

Fermeture de plusieurs compte liés à l’armée en Birmanie

C’est seulement douze mois plus tard, ce lundi 27 août, que le réseau social a annoncé la fermeture de plusieurs comptes en Birmanie, dont celui du général Min Aung Hlaing, chef d’Etat-Major des forces armées du Myanmar.

Le même jour, l’ONU l’a accusé, lui et cinq autres officiers, de “génocide”, “crimes de guerre” et “crimes contre l’humanité”.