benoit-16-1-2

 

 

Benoît XVI (en latin : Benedictus Sextus Decimus ; en italien : Benedetto Sedici ; en allemand : Benedikt XVI.), né Joseph Alois Ratzinger le 16 avril 1927 à Marktl, dans l’État libre de Bavière, en Allemagne, est l’évêque de Rome et le 265e et actuel souverain pontife de l’Église catholique.

Il enseigne la théologie dans des universités allemandes, est archevêque de Munich et Freising, puis cardinal. En novembre 1981, il est nommé préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi par Jean-Paul II et occupe cette charge jusqu’à son élection comme pape.

Élu le 19 avril 2005 pour succéder à Jean-Paul II, il est le premier pape allemand depuis la fin du pontificat de Victor II en 1057. Le 11 février 2013, il annonce qu’il renonce à ses fonctions, cette décision prenant effet le 28 février suivant à 20 heures. Son pontificat aura duré près de huit ans.

En septembre 2005, la revue de géopolitique italienne Limes publie un texte présenté comme le Journal du conclave d’un cardinal ayant pris part au vote. Ce texte affirme que le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio aurait été son plus sérieux rival. Ces chiffres auraient dû rester secrets, d’autant plus qu’avant de rentrer en conclave les cardinaux électeurs ont tous solennellement juré de ne jamais violer le secret de l’élection, sauf autorisation papale. Or, dès la sortie du conclave, plusieurs cardinaux n’ont pas manqué de raconter quelques confidences et anecdotes, comme celle des difficultés de faire fonctionner le vieux poêle en fonte prévu pour brûler les bulletins, les feuilles de décompte et annoncer l’élection d’un nouveau pape grâce à une fumée blanche. L’histoire récente avait déjà connu des témoignages anonymes[réf. nécessaire].

Le cardinal Joseph Alois Ratzinger (au centre) en 2003.

Au premier tour, le cardinal papabile Carlo Maria Martini, jésuite de 78 ans, ancien archevêque de Milan et chef de file du camp dit « progressiste », connu pour sa rigueur doctrinale mais surtout pour ses positions novatrices sur les questions sociales et pastorales et donné favori par les journalistes vaticanistes, n’aurait recueilli que 9 voix, le cardinal Jorge Mario Bergoglio, 10 et le cardinal Ratzinger, 47.

Au deuxième tour, le lendemain matin, le cardinal Carlo Maria Martini n’aurait recueilli aucune voix, le cardinal Jorge Mario Bergoglio en aurait recueilli 35 et le cardinal Joseph Ratzinger en aurait réuni 65. Au déjeuner, le cardinal Bergoglio, par des gestes, aurait fait comprendre à ses partisans qu’il ne voulait pas être élu. Au troisième tour, l’élection finale du cardinal Ratzinger n’aurait plus fait de doute, le cardinal Bergoglio n’aurait recueilli que 40 voix et le cardinal Ratzinger 72. Au quatrième tour, le cardinal Bergoglio n’aurait recueilli que 26 voix et le cardinal Ratzinger aurait obtenu 84 voix sur 115 cardinaux, soit 7 de plus que la majorité requise pour être élu pape. Selon le journal, l’annonce des résultats aurait été suivie d’un long silence puis saluée « d’un long et cordial applaudissement ».

C’est le cardinal chilien Jorge Arturo Medina Estévez, qui, en tant que protodiacre, a annoncé depuis la loggia centrale de la basilique Saint-Pierre au monde entier le nom du nouveau pape.