Élu au deuxième tour des municipales en avril 2014 avec 47,49% des suffrages, l’UMP Gérard Gazay et son équipe semble depuis faire un très bon travail sur les finances de la ville.

Une commune endettée

En 2014, Aubagne affichait une dette par habitant de 3409 €, soit un peu moins que l’année précédente (3519 €). En revanche, la capacité de désendettement qui permet de déterminer le nombre d’années nécessaires à la commune pour rembourser entièrement sa dette en y consacrant la totalité de son épargne a elle augmenté. Elle passe ainsi de 40 ans en 2013 à 51,7 ans en 2014. Le 9 avril dernier, le budget 2015 a été voté lors du conseil municipal, un budget qui a trois enjeux majeurs : faire baisser les dépenses de fonctionnement, désendetter la ville et assurer la non augmentation des taux de la fiscalité. La mairie déclare ainsi être « sur la voie de l’assainissement des finances ».

De belles promesses dès le vote du Budget 2015

Gérard Gazay, maire d’Aubagne depuis avril 2014, expliquait dans un entretien publié sur le Cercle avoir vu sa « ville changer et se dégrader au cours des dernières années ». C’est ce qui l’a poussé à s’engager en politique. Aujourd’hui, il semble bien déterminé avec l’aide de son équipe à désendetter Aubagne. Il doit cependant faire face aux conséquences d’un emprunt toxique dont l’intérêt fluctue, mais aussi à « l’envol des remboursements des emprunts RBS (Royal Bank of Scotland) dont l’annuité passe de 344 020 € à 1 060 144 € ». Si l’on se fie aux chiffres donnés sur le site officiel de la ville, les frais financiers liés à la dette s’élèveraient pour l’année 2015 à près de 7 M€. Pour assainir les finances de la ville, le conseil municipal a donc décidé de poursuivre la baisse des dépenses de fonctionnement amorcée en 2014 en diminuant de 9% les charges courantes, en optimisant la masse salariale, la gestion du patrimoine, de la dette et en maitrisant l’investissement. Parallèlement à cet axe de travail, le maire et son équipe poursuivent leurs actions pour faire baisser la dette. Aucun recours à l’emprunt n’a été prévu dans le budget 2015. C’est la deuxième année consécutive qu’une telle chose se produit. Fin 2015, des efforts ont été réalisés:

La dette a baissé de 10ME en 2 ans et il n’y a pas eu de nouvel emprunt depuis 2 ans

Les taux des impôts locaux n’ont pas été augmentés en 2014,en 2015 et ne le seront pas en 2016

Le ration endettement/excédent d’exploitation qui était de 57 années en 2013 est passé à 48 années en 2014 et 42 années en 2015.

Les dépenses de fonctionnement ont baisse  de 8% en 2014,5% en 2015 et une prévision de 5% pour 2016