Attali considère que les musulmans sont des êtres inférieures, incapables de s’intégrer et de s’élever dans la société sans l’aide de l’homme blanc européen, chrétien ou juif.

Les musulmans seraient incapables, selon Attali, de créer seuls et sans aide une bourgeoisie musulmane. Terrible sentiment de supériorité de cette gauche embourbée dans des concepts humanitaires qu’ils n’ont pas compris.

Attali n’a jamais fait une telle déclaration pour les immigrés espagnols ou portugais, et encore moins pour les asiatiques, arrivés comme les musulmans, sans rien, venant de pays pauvres en retard sur la France.

Attali continue :

« J’ai fondé une société de micro-finance et nous travaillons dans les banlieues où nous aidons des musulmans pauvres… »

Du racisme, il passe à la discrimination religieuse : il aide les musulmans pauvres et refuse d’aider les chrétiens et les juifs pauvres. C’est tout bonnement scandaleux.

« Nous y avons trouvé des gens formidables. Il y a des gens formidables dans la communauté musulmane… » poursuit-il.

J’ai déjà entendu cette phrase condescendante dans les récits colonialistes, « il y a des gens formidables chez les indigènes. »

« Deux problèmes : premièrement, il n’y a pas de leader [musulmans]. Il n’y a pas de David de Rothschild, il n’y a pas de Roger Cukierman… »

Le président de la République serait le leader des Français mais pas des musulmans français ? Les musulmans seraient des moutons et auraient besoin d’un guide, à l’inverse des Juifs qui n’ont jamais eu besoin de Rothschild et encore moins de Cukierman (mouarf) pour réussir, ou de la majorité des Français ? Attali ne verrait les musulmans qu’en organisation tribale ?

Attali poursuit sur le mode islamophobe :

La clé pour un monde musulman pacifique, c’est une bourgeoisie musulmane…

Ainsi donc Attali fait l’amalgame entre le monde musulman et les jihadistes.

Les terroristes, explique Attali en substance, ce ne sont pas les islamistes radicaux, c’est l’ensemble du monde musulman.

Et pour que ce monde musulman devienne pacifique, il faut créer une bourgeoisie musulmane, dit-il, oubliant, mais cela ne semble pas beaucoup le déranger, que c’est la bourgeoisie musulmane qui finance le jihad mondial, que Ben Laden et Arafat étaient eux-même très fortunés, et que l’ex président radical Mohamed Morsi, membre de l’organisation terroriste des Frères musulmans, était professeur à l’université Zagazig et chef du département d’ingénierie.

« Nous avons besoin de musulmans riches. Nous avons besoin de familles fortunées et nous avons besoin qu’elles financent leurs propres organisations… » ajoute Attali. Est-ce une critique faite aux richissimes et égoïstes émirs des Etats pétroliers qui préfèrent acheter Ferrari bijoux et palaces qu’aider les leurs ?

« Si vous avez un nom musulman, vous trouvez presque toutes les portes fermées. Et c’est aussi notre rôle de les aider, de les sortir de la frustration » conclue-t-il, infantilisant les musulmans, les déclarant impuissants à gérer leurs frustrations.

Les portes fermées aux musulmans choquent Attali, mais cela ne l’empêche pas de fermer celles de sa société de micro-finance aux chrétiens et aux juifs… C’est ça aussi, le socialisme