Installé par Jacques Foccart, secrétaire général de l’Élysée aux affaires africaines et malgaches de 1960 à 1974, il s’est lié d’amitié avec de nombreux dirigeants français de tous bords, et a été reçu à l’Élysée par le général de GaulleGeorges PompidouValéry Giscard d’EstaingFrançois MitterrandJacques Chirac14 et Nicolas Sarkozy. Il avait pour habitude de recevoir dans son bureau les principaux responsables politiques français et avait la réputation de faire preuve de largesses sans souci de couleur politique. C’était, estimait-il, une façon de préserver l’avenir.

Les relations d’Omar Bongo n’étaient pas très bonnes avec Valéry Giscard d’Estaing. Lors de sa présidence, ce dernier s’est ainsi offusqué auprès d’Omar Bongo du soutien financier occulte apporté à Jacques Chirac, son concurrent de l’époque à l’élection présidentielle française de 1981, par le président gabonais. Dans un document confidentiel des services secrets d’Elf daté de 197717, Omar Bongo « met tous ses espoirs en Jacques Chirac et pense qu’il faut continuer à l’aider ». Toutefois, il avait auparavant apporté son soutien à Valéry Giscard d’Estaing en couvrant, en 1977, la tentative française avortée de renverser le dirigeant béninois Mathieu Kérékou1.

François Mitterrand donne, lui aussi, de sérieux gages à son homologue gabonais en renvoyant, à la demande d’Omar Bongo, son ministre de la Coopération, Jean-Pierre Cot, coupable d’œuvrer à la fin de la « Françafrique » en tentant de déstabiliser les réseaux de Jacques Foccart2. Surtout, François Mitterrand sauvegardera le pouvoir d’Omar Bongo en parachutant les paras français sur Libreville lors de la révolte de 19901.

Par la suite, l’amitié de Bongo avec Jacques Chirac, palpable dès les années 1970, ne s’est pas démentie de 1995 à 2007.

Nicolas Sarkozy, quant à lui, a rencontré Omar Bongo à l’occasion de la campagne présidentielle de 2007 afin de recueillir les bons conseils d’un homme d’expérience, à en croire le maître du Gabon. Au cours de cette campagne, Omar Bongo s’est aussi entretenu avec François Bayrou, ainsi qu’avec Jean-Marie Le Pen.

À peine élu, le 7 mai 2007, Nicolas Sarkozy l’a appelé pour le remercier de « ses bons conseils », puis l’a reçu à l’Élysée, et a ordonné à tout son gouvernement de passer saluer le doyen des « amis de la France ». Deux mois plus tard, l’amitié entre Nicolas Sarkozy et Omar Bongo se confirme, puisque c’est Libreville que le président français choisit pour clore sa première tournée africaine, le 27 juillet 2007. Il n’arrive pas les mains vides puisqu’il a obtenu, la semaine précédente, un accord sans précédent du Club de Parisqui allège d’au moins 15 % la dette gabonaise. Cependant, à partir de 2008, ses relations avec l’Élysée se détériorent à la suite de plusieurs plaintes déposées contre lui en France et il ne cache pas sa déception vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, qu’il soupçonne de vouloir le déstabiliser.

Le Gabon est militairement lié à la France par des accords de défense aux clauses secrètes ; cette dernière y stationne par ailleurs en permanence plusieurs centaines de soldats d’élite.

Pour Omar Bongo « L’Afrique sans la France, c’est la voiture sans le chauffeur. La France sans l’Afrique, c’est une voiture sans carburant. »

Il est aussi considéré comme le responsable du déplacement de Jean-Marie Bockel (secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie) au poste de secrétaire d’État aux Anciens Combattants, à la suite des propos de celui-ci souhaitant « signer l’acte de décès de la Françafrique » « despotique et corrompue ».

Omar Bongo a été durant ses plus de quarante ans de pouvoir un des principaux relais de la politique dite de la « Françafrique », définie par François-Xavier Verschave, où s’entremêlaient raison d’État, lobbies et réseaux politico-affairistes. Sur ses relations avec la France, Omar Bongo répondant à une question d’un journaliste qui disait : « Monsieur le Président, il paraît que la France veut vous lâcher ! », répondit : « Si la France me lâche, je lâche la France ». Comme pour dire que la relation entre le « riche » Gabon et le « colon » France était une relation d’égal à égal. D’après une note diplomatique de l’ambassade américaine à Libreville, qui « n’est pas en mesure de vérifier la véracité de l’accusation », Omar Bongo aurait détourné 30 millions d’euros de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et aurait utilisé une partie de ces fonds pour financer le Parti socialiste et l’Union pour un mouvement populaire, en particulier de Jacques Chirac. Le trésorier du PS et le porte-parole de l’UMP ont nié que leurs partis aient touché de l’argent. Pour le site d’information Rue89, ce câble diplomatique ne « fait que confirmer » l’ampleur du circuit de corruption de la présidence gabonaise vers les milieux politiques français.

Selon l’ancienne juge française anti-corruption Eva Joly, Omar Bongo a bien servi les intérêts de la France et des hommes politiques français, mais pas les Gabonais, soulignant que malgré un PIB équivalent à celui du Portugal, le Gabon ne construit que 5 km de routes par an et possède un des taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au

En 1968, il fonde le Parti démocratique gabonais, socle du monopartisme jusqu’en 19901,2.

La même année, il se fait baptiser dans le seul but d’obtenir une audience avec le pape Paul VI3. En 1973, il se convertit à l’islam et devient El Hadj Omar Bongo. Pour certains, cette conversion ne fut qu’un moyen de se faire bien voir des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, principalement à majorité musulmane, le Gabon étant producteur de pétrole1.

Fin 1968, Omar Bongo, toujours sous l’influence de Jacques Foccart, est contraint par la France de reconnaître la pseudo-indépendance du Biafra (sud-est du Nigeria). Il doit même accepter que l’aéroport de Libreville serve de plaque tournante aux livraisons d’armes opérées en faveur du colonel Ojukwu (le dirigeant sécessionniste du Biafra).

Son principal opposant, Germain Mba, est assassiné en 1970 à Libreville, par deux mercenaires français. Rien, cependant, ne permet d’incriminer le président gabonais1.

En février 1973, Omar Bongo organise une première élection présidentielle, que, seul candidat, il remporte avec 99,6 % des voix. La même année, le choc pétrolier lui ouvre une décennie de prospérité (le cours du baril ayant explosé). Il en profite pour mener une politique d’infrastructures de grande envergure : créations de routes, de chemins de fer, de ports, d’Air Gabon, de centrales électriques… Mais aussi, nouveau palais présidentiel, Palais des conférences, Cité du 12 mars… La presse internationale parle en ce temps-là de « miracle gabonais ».

En 1977, un nouvel opposant, le poète Ndouna Depenaud, est assassiné dans des conditions mystérieuses. Une nouvelle fois, aucune preuve ne permet d’impliquer Omar Bongo1.

Il est réélu président de la République du Gabon en 1979 : toujours candidat unique, il obtient 99,8 % des suffrages.

Dans les années 1980, le Gabon est victime d’une crise économique qui oblige son président à faire appel à la France. Le Fonds monétaire international (FMI) critique alors durement la politique économique gabonaise. Cette situation délicate n’empêche toutefois pas Omar Bongo d’être réélu une seconde fois, en 1986, avec 99,97 % des voix.

En 1990, Omar Bongo, à la suite d’une grève générale initiée par une révolte étudiante, est néanmoins poussé à organiser une conférence nationale à l’issue de laquelle il accepte la restauration du multipartisme et diverses réformes démocratiques. Il nomme alors Premier ministre le pseudo opposant Casimir Oyé Mba. Mais la mort, dans des circonstances encore obscures aujourd’hui, d’un autre leader de l’opposition, Joseph Rendjambé, relance la révolte. En septembre, des élections législatives, libres et transparentes, ne donnent qu’une faible majorité au Parti démocratique gabonais (PDG). Le Président gabonais démontre qu’en dépit de 20 ans de pouvoir, il maîtrise parfaitement le jeu politique d’une démocratie, et parvient ainsi à asseoir de nouveau son autorité. En décembre 1993, il concourt à sa première élection présidentielle concurrentielle. Il est réélu au premier tour avec 51 % des suffrages, résultat non reconnu par les candidats de l’opposition.

monde.