Question : comment nous détourner des décisions impopulaires et des augmentations diverses qui vont grever les escarcelles des contribuables ?

En encensant la toute nouvelle idole du PSG, le Brésilien Neymar, le joueur le plus cher du monde !

En parant la Tour Eiffel d’un hommage indécent pour un jeune homme de 25 ans porté comme le dieu Apis, nos élus dansent une ronde folle autour de son piédestal et entrainent dans leur sillage une foule enthousiaste baignant dans une excitation quasi-religieuse. Le Foot ! pour faire partie de cette communion extatique qui conjure la routine du quotidien.

Le goût salé des vacances et les litres de glaces dégustées sans modération sont, pour l’instant, une alternative à ce quotidien mais que nous réserve la rentrée ?

Puisqu’il faut endosser le costume de rabat joie, voici pêle-mêle, de quoi revenir à la dure réalité. C’est le Monde du 1er août qui fait le point, entre autre, sur la hausse des tarifs de l’électricité, soit 1,7 % d’augmentation.

En effet, nous payons le fameux rattrapage des montants liés à l’insuffisance des tarifs au titre de l’année 2012. Souvenez-vous, en 2014, le Conseil d’Etat avait invalidé le plafonnement à 2 % de la hausse des tarifs pour la période d’août 2012 à août 2013, décidé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. La mesure du gouvernement avait été attaquée devant la haute juridiction administrative par les concurrents d’EDF, considérant que cette hausse n’était pas suffisante pour couvrir les coûts de production d’électricité comme l’impose la loi.

Une partie de ce rattrapage a déjà été effectuée, mais il reste un reliquat de 190 millions d’euros à apurer et à récupérer sur la facture des clients qui étaient abonnés aux tarifs réglementés sur la période considérée.

Les Parisiens seront également désenchantés d’apprendre que le passe Navigo (titre d’abonnement à tarif unique pour les transports des Franciliens) augmente de 2,20 euros. Il passera donc à 75,20 euros mensuels, a confirmé la région Ile-de-France (IDF).

Aucun doute possible, la rentrée sera rude ! Avec la hausse de la CSG et la création du statut de Mme Macron, décisions qui ont suscité une levée de boucliers de signataires offusqués sur les réseaux sociaux, le retour de vacances ressemblera à une belle gueule de bois.

Mais cela suffira-t-il à ternir la dorure du Veau d’Or ? Rien n’est moins sûr ! Du haut de la Tour Eiffel il contemple, ô rage étrange, à ses pieds le genre humain !*

Sources : Le Monde.fr du 1er août 2017

Faust: Act Ii, Scene Iii. « le Veau D’or Est Toujours Debout »
G Frixon