La bataille ne sera pas facile pour Corinne Versini. La référente En Marche pour les Bouches-du-Rhône se trouve en effet dans une circonscription marseillaise très disputée. La candidate aura en effet pour adversaires le député PS sortant Patrick Mennucci et le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon. Rien que ça. Mais sa mission, c’est elle qui l’a choisie: « Quand j’ai su que Mélenchon arrivait, j’ai immédiatement demandé ma candidature La République en marche pour les législatives, explique-t-elle. J’ai considéré qu’il était de ma responsabilité de me battre contre ce poids lourd même si je sais que ce sera difficile. Je n’ai pas la verve et le talent de Mélenchon et de Mennucci. »

Mais cette quinquagénaire compte bien sur l’envie de renouvellement exprimée par les Français durant la présidentielle pour s’imposer sur ce terrain a priori hostile. Car Corinne Versini est à l’opposé des vieux routiers de la politique qu’elle s’apprête à affronter. Comme de nombreux « marcheurs », elle n’avait aucune expérience d’engagement politique. Cette chimiste de formation, diplômée de Centrale Marseille et de HEC, connaît bien le terrain et le monde de l’économie dans la région.

Après une carrière chez IBM et ST Microelectonics, elle a créé en 2009 Genes’Ink, une société spécialisée dans les encres numériques, les écrans souples et les matériaux pour les produits connectés. « L’idée était de développer de nouvelles filières pour ces produits qui utilisent des métaux et des terres rares afin qu’on arrête d’envoyer des enfants dans les mines », explique cette patronne dont l’entreprise compte aujourd’hui 19 salariés.