Un avion C-130 de l’armée de l’air américaine a largué pour la première fois jeudi la plus puissante bombe de l’arsenal conventionnel américain sur des positions du groupe armé État islamique (EI) en Afghanistan.

Développée lors de l’invasion américaine en Irak, en 2003, la bombe GBU-43/B produit un vaste nuage de nitrate d’ammonium et de poudre d’aluminium qui génère une déflagration, détruisant tout sur son passage dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, y compris les bâtiments, les blindés et les bunkers qui pourraient s’y trouver.

On l’appelle MOAB, pour Massive Ordnance Air Blast Bomb (bombe à effet de souffle massif) – ou Mother of All Bombs (mère de toutes les bombes) comme la surnomment les soldats.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a confirmé que la cible visée par les États-Unis était un réseau de tunnels utilisés par les troupes de l’EI dans le district d’Achin, dans la province de Nangarhar, près de la frontière pakistanaise, où un soldat américain a été tué dans une opération contre les djihadistes le week-end dernier.

On ne connaît pas encore l’ampleur des dégâts provoqués par l’explosion, mais « de lourdes pertes ont été infligées à l’ennemi », a révélé Shahhussain Murtazawi, un porte-parole de la présidence afghane, sur Facebook.

(…)

Source: Radio Canada