« La France, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture. J’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux ». Marc Blo­ch, « l’Étrange défaite », sep­tem­bre 1940. (Collection Folio histoire n° 27, Gal­li­mard)

 

Françaises et Français de bonne volonté, de toutes origines socio­pro­fes­sion­nel­les, obédiences politiques et confessions religieuses, nous, « Citoyens et PATRIOTES », nous voulons préserver, restaurer, les valeurs qui ont fait la grandeur et le rayonnement de la France à un moment où n’existaient pas encore les fractures, dérives, actuellement observées…

            La France, mil­lé­nai­re, a toujours été majo­ri­tai­re­ment chrétienne et ce sont les valeurs de cette église qu’elle a laïcisées dans sa devise « Liberté-Égalité-Fraternité».

Or, nous marchons allègrement vers un mul­ti­cul­tu­ra­lis­me imposé, menant à des com­mu­nau­ta­ris­mes religieux fana­ti­ques, encouragés par la plupart de nos élites et dirigeants et par des medias sur­in­for­mants qui nous abrutissent de pensée unique.

Nous sommes extrêmement inquiets en regard de l’invasion sourde, mais rapide, du radi­ca­lis­me religieux et du racisme anti blanc ; il n’y a pas de place dans notre nation pour une religion, ou plutôt un mode unique de vie et de pensée, qui se présente, par la voix de plusieurs de ses représentants reconnus, comme une doctrine politique tota­li­tai­re, pro­fon­dé­ment inéga­li­tai­re et into­lé­ran­te, qui bafoue les plus élé­men­tai­res droits de l’Homme et prône la dis­pa­ri­tion de tous les « mécréants » 

 Nous nous prétendons « Citoyens » parce que, parcelle de la sou­ve­rai­ne­té du peuple, nous souhaitons pouvoir par­ti­ci­per activement au réta­blis­se­ment de l’état de droit et de la sou­ve­rai­ne­té de la France dans le respect des lois et de l’intérêt général.

Nous nous revendiquons « Patriotes » parce que nous refusons la mort programmée de la démocratie et de la République, que nous acceptons notre Histoire dans sa totalité y compris avec ses tur­pi­tu­des, que nous honorons nos morts, et que nous voulons restituer à la France la fierté et sa sou­ve­rai­ne­té ; nous sommes également patriotes parce que nous faisons en sorte d’être prêts à défendre le ter­ri­toi­re sacré de la Patrie ! 

Enfin, nous nous sentons Français car nous sommes membres solidaires et fraternels, descendants et héritiers fiers, d’une com­mu­nau­té de femmes et d’hommes libres soudés par des intérêts communs (langue, ter­ri­toi­re, histoire, culture, mémoire, goût de vivre ensemble), par l’amour de la France.

Nous savons, vous savez, qu’une majorité de Français, pour l’instant silencieuse, a peur, sait qu’on lui ment, et aspire à un retour à des valeurs simples, plus saines, plus honnêtes, plus justes, plus res­pec­tueu­ses, uni­ver­sel­les, moins liber­ti­ci­des… Mais cette majorité ne sait pas comment faire, pense ne pas pouvoir agir, imagine qu’il est trop tard, et manque souvent de courage…

Si, ainsi que nous, vous souhaitez préserver, protéger, l’avenir de nos enfants, retrouver un mode de vivre ensemble pour lequel des millions de nos aïeux, souvent étrangers, ont sacrifié leur vie, nous serions par­ti­cu­liè­re­ment heureux d’échanger avec vous et d’élaborer ensemble les solutions pour y parvenir.