Les élections législatives de juin 2012, si elles sont marquées par un échec de la précédente majorité parlementaire (coalition UMPNC), voient cependant l’élection d’une trentaine de députés centristes se confirmer, ces derniers portant les bannières du Parti radical, du Nouveau Centre et de l’Alliance centriste. Alors que se forme la Force européenne démocrate au cours de l’été 2012 et accompagné de plusieurs députés, Jean-Louis Borloo crée un groupe parlementaire dans le but de rassembler les centristes, l’Union des Démocrates et indépendants. Malgré l’opposition initiale de certains parlementaires qui échouent à conserver leur propre groupe et qui rejoindront finalement l’UDI, le groupe compte alors une petite trentaine de députés.

Le 18 septembre 2012, à l’occasion des journées parlementaires du Centre, Jean-Louis Borloo annonce la création d’un parti politique, du même nom que le groupe parlementaire centriste, l’Union des Démocrates et Indépendants3. Le 9 octobre, les instances parisiennes des forces politiques constituant l’UDI mettent en place un bureau provisoire. Le 21 octobre suivant, une assemblée constituante se réunit à la Maison de la Mutualité à Paris afin d’officialiser la création du mouvement. Sont présent plus de 3 000 personnes, issues des divers partis fondateurs de l’UDI. Parmi les présents, on trouve notamment Simone Veil. L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing n’étant pas présent, laisse tout de même un message d’encouragement à l’UDI, dans lequel il « souhaite bonne chance » à ce nouveau parti .

Le 29 octobre 2012 a lieu la première réunion territoriale de l’UDI à Marseille en présence de Jean-Louis Borloo. Rapidement de nombreuses réunions territoriales ont lieu à travers la France entière et des coordinateurs provisoires de fédérations sont nommés sur l’ensemble du territoire français. Des élections internes sont prévues au printemps, afin d’élire des responsables de fédérations.

Après le congrès de l’UMP du 18 novembre 2012 et les tensions entre les deux candidats à la présidence sur les résultats, plusieurs personnalités quittent l’ancien parti majoritaire pour l’UDI : l’ancien ministre et ancien député d’Ille-et-Vilaine Pierre Méhaignerie le 20 novembre 2012, le député de Mayenne Yannick Favennec (déjà membre du groupe parlementaire UDI depuis sa création mais toujours militant de l’UMP à cette date) trois jours plus tard.

Lors du vote à l’Assemblée nationale du 29 avril 2014 sur le pacte de stabilité prévoyant 50 milliards d’économies par le gouvernement Valls, 17 députés de l’UDI s’abstiennent alors que 4 votent pour et que 7 votent contre. Ce vote pourrait marquer le début d’un rapprochement entre le l’UDI et la gauche