La jeune et brève histoire de Mediapart fait partie de ces nombreuses volontés citoyennes résistant à la régression qui donne la main aux plus forts et aux plus riches, c’est-à-dire aux États qui surveillent et aux financiers qui spéculent. Si novatrice soit-elle, ce n’est sans doute qu’une contribution parmi d’autres. Mais j’ai voulu en tirer quelques enseignements utiles à celles et ceux qui cherchent les voies d’une refondation démocratique de l’écosystème médiatique en inventant des réponses nouvelles à la crise d’indépendance et de qualité de l’information.
Je me propose d’expliquer ce chemin de résistance, en m’attachant à toutes les dimensions du mot « valeur’ qu’entraîne ce choix exigeant : valeur de la démocratie, valeur d’un métier, valeur du participatif, valeur d’un public, valeur d’une entreprise, etc. C’est en défendant la valeur de l’information que nous apporterons, face au choc de la révolution numérique, des solutions durables qui soient au service de l’intérêt général.
Mon seul souci est que nous soyons à la hauteur du défi que doivent affronter nos démocraties, qui, à force de se laisser dépérir, prennent le risque de se renier. Car la défaite du journalisme annonce toujours le recul de la liberté.  »

Journaliste, Edwy Plenel est cofondateur et présidentde Mediapart, journal en ligne indépendant et participatif fondé le 16 mars 2008. Il a notamment publié chez Don QuichotteLe Droit de savoir (2013), Dire non (2014) et Dire nous (2016).