Maîtriser des langues étrangères est un atout précieux, non seulement pour pouvoir voyager sereinement mais aussi pour assurer des missions professionnelles à l’international. Et pourtant, les méthodes pédagogiques traditionnelles ne sont en rien motivantes. Une start-up française pourrait toutefois mettre un bon coup de pied dans toutes ces pratiques pour révolutionner l’apprentissage des langues.

L’approche synesthésique

Comme le suggère son nom, SynestasiA s’appuie sur une méthode pédagogique innovante et stimulante : l’approche synesthésique. Elle permet d’associer un mode sensoriel à une représentation mentale. La synesthésie cognitive favorise un apprentissage plus rapide mais aussi plus durable en liant par exemple une couleur à une lettre. Tous les sens peuvent être stimulés : la vision, l’ouïe, le toucher, le goût et l’odorat. A l’oral, les phrases et les mots sont inscrits dans un contexte sonore particulier, voire, lors des classes en présentiel, à des gestes et mouvements (kinestésie), à des odeurs ou à des goûts. Dans cette démarche, SynestasiA utilise parmi ses supports pédagogiques des « flashcards » qui sont des cartes mémoire proposant au recto une question et au verso la réponse. Ces cartes sont reconnues comme étant très efficaces pour apprendre du vocabulaire, des dates, des formules mathématiques,…

La motivation : un allié pour progresser

Fini les cours ennuyeux auxquels on doit forcément assister, même les yeux à moitié fermés. Ce n’est un secret pour personne : il vaut mieux passer 10 min par jour à étudier que 3h consécutives toutes les semaines. Tout est dans les proportions d’informations à assimiler. Plus la dose sera conséquente, plus le cerveau aura de mal à tout assimiler. Ce principe, SynestasiA l’a bien compris puisqu’elle propose une méthode pédagogique plus qu’innovante. Au lieu de payer pour accéder à la plateforme d’apprentissage, comme le font classiquement ses concurrents, la jeune pousse s’appuie sur un raisonnement contraire mais finalement très logique. Concrètement, l’apprenant dispose d’un accès gratuit au site sauf les jours où il ne s’est pas (ou pas suffisamment longtemps) connecté à la plateforme. On peut ici parler d’une punition intelligente qui sanctionne financièrement l’apprenant qui ne se donne pas les moyens suffisants de progresser (en négligeant un apprentissage quotidien). La « sanction » est symbolique plutôt que contraignante car s’élevant seulement à un euro. Toutefois, la note peut atteindre une trentaine d’euros à la fin du mois si l’utilisateur n’est vraiment pas sérieux. Un moyen plutôt moderne de motiver les troupes dans un contexte où l’apprentissage des langues est souvent négligé et irrégulier. A noter que pour profiter de ce système de « gratuité inversée », la durée minimale de connexion à la plateforme a été fixée à 7 minutes par jour, ce qui n’est pas énorme finalement.

Un apprentissage performant

Dans SynestasiA, on retrouve bien sur « Asia ». Et pour cause, la jeune start-up n’a pas froid aux yeux et entend bien défendre sa méthode d’apprentissage en s’attaquant aux langues asiatiques et orientales. Leur enseignement est en effet réputé difficile car ne reposant pas sur notre alphabet latin. On perçoit ici très vite l’intérêt d’une approche synesthésique pour faciliter la mémorisation de l’alphabet. SynestasiA cherche avant tout à réconcilier petits et grands avec les langues en donnant la motivation et les outils nécessaires pour progresser sans s’assommer avec des listes interminables de vocabulaire.

Pour la jeune pousse, l’année 2016 sera l’année du Japon. Elle compte ainsi développer une méthode d’apprentissage du japonais par les français puis, plus tard, du français par les japonais. Des flashcards et manuels de japonais SynestasiA seront également prochainement disponibles en prévente sur le site de crowdfunding Ulule. Un bel exemple de start-up française qui n’hésite pas à déclarer sur son propre site « Fait avec amour entre Paris et Tokyo ».